Les alliés de l′Otan vont aussi se retirer de l’Afghanistan | Afrique | DW | 15.04.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Les alliés de l'Otan vont aussi se retirer de l’Afghanistan

Les pays de l'Otan ont décidé de commencer le retrait de leurs forces engagées en Afghanistan. L'Alliance va mettre ainsi un terme à sa mission "Resolute Support" en Afghanistan qui compte 9.600 militaires.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken au cours d'une conférence de presse au siège de l'Alliance avec le secrétaire à la Défense Lloyd Austin et le patron de l'Otan Jens Stoltenberg.

Le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken au cours d'une conférence de presse au siège de l'Alliance avec le secrétaire à la Défense Lloyd Austin et le patron de l'Otan Jens Stoltenberg.


Le ton avait été donné un peu plus tôt dans la journée, hier, par le président américain Joe Biden en désignant la date du 11 septembre comme étant celle de la fin des opérations de retrait.

Cette date marquera les 20 ans de la commémoration des attentats du 11 septembre 2001 qui avaient provoqué l'intervention des Etats-Unis en Afghanistan.

Le retrait des 2.500 soldats américains encore présents dans le pays débutera le 1er mai, conjointement avec ceux de l'Otan.

Le retrait des 2.500 soldats américains encore présents dans le pays débutera le 1er mai, conjointement avec ceux de l'Otan.

"L'heure est venue de mettre fin à la plus longue guerre de l'Amérique", a estimé le président américain.

Un accord conclu avec les talibans par l'administration de l'ex-président américain Donald Trump prévoyait le départ de toutes les forces étrangères le 1er mai. Mais Joe Biden a décidé que les troupes américaines y resteraient au-delà de cette date en vue d’un retrait coordonné avec les autres pays de l’Otan.

Les alliés ont donc donné leur soutien à la décision américaine en annonçant débuter le retrait de leurs forces engagées en Afghanistan d'ici le 1er mai.

Un désengagement militaire justifié

Ce retrait pourrait durer quelques mois, a fait savoir l’Alliance dans un communiqué sans se prononcer sur la date butoir de Joe Biden. 

Nous avons atteint les objectifs que nous nous étions fixés, a assuré mercredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, à Bruxelles.

"Nous avons atteint les objectifs que nous nous étions fixés", a assuré mercredi le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken, à Bruxelles.

"Nous ne pensons pas que le maintien d'une présence militaire indéfinie en Afghanistan soit dans notre intérêt, ni dans celui des Etats-Unis, ni dans celui de l'Otan et de nos alliés“, a expliqué le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken au cours d'une conférence de presse au siège de l'Alliance, en présence du secrétaire américain à la Défense et du secrétaire général de l'Otan.

Cette annonce était accompagnée d’un message des alliés à l’endroit des talibans : "Toute attaque contre les troupes des alliés durant le retrait fera face à une réponse énergique", a averti l'Otan dans son communiqué.

Certains alliés ont toutefois fait part de leurs préoccupations.

"L'annonce de notre retrait militaire à quelques jours de la conférence de paix sur l'Afghanistan, prévue pour le 24 avril à Istanbul, pourrait avoir pour conséquence de diminuer la pression sur les talibans, dès lors potentiellement moins enclins à chercher à dégager un accord" (avec le gouvernement afghan), a estimé la ministre des Affaires étrangères belge, Sophie Wilmès.