Les étudiants sénégalais à nouveau dans la rue réclament justice | Afrique | DW | 25.05.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Les étudiants sénégalais à nouveau dans la rue réclament justice

Dix jours après la mort de Mouhamadou Fallou Sène, ses camarades ont à nouveau défilé dans les rues de plusieurs villes du pays pour réclamer justice. Une nouvelle rencontre avec le président Macky Sall est prévue.

Dix jours après la mort d'un camarade dans une manifestation au Sénégal, les étudiants ont marché dans tout le pays ce jeudi 24 mai pour réclamer justice. Leur camarade Mouhamadou Fallou Sène avait été tué à Saint-Louis dans des affrontements avec la gendarmerie. Les étudiants réclament aussi la démission des ministres responsables, selon eux, de leurs souffrances et ont lancé une grève illimitée sur l'ensemble du territoire. 

Démission des ministres

Les étudiants des universités publiques ont déserté les amphis pour la rue. A Ziguinchor, Thiès, Bambey, Dakar et Saint-Louis. Ils ont battu le macadam pour réclamer justice. À Dakar, ils ont marché de la Place de la nation à la devanture de la télévision nationale.

"Le fond du problème, c'est le retard des bourses. Et pour ça, les acteurs impliqués dans ce processus, ce sont les deux ministres : Amadou Ba, ministre de l'Economie, des Finances et du Plan et Mary Teuw Niane, ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'nnovation", explique Alexandre Mapal Sambou, leader du mouvement étudiant à Saint-Louis. 

Khady Seck, étudiante à l'Université Cheikh Anta Diop, abonde dans le même sens : "Nous avons un problème avec la gestion. Nous avons un problème avec le système. Et pour changer le système, très cher, il faut changer les têtes. C'est pourquoi nous appelons à la démission de l'ensemble des ministres qui ont eu l'affaire en main et qui n'ont pas pu la gérer". 

Rencontre avec Macky Sall

Mercredi, Macky Sall a reçu les étudiants de l'Université de Saint-Louis où Fallou Sène a été tué. Une réception qui a créé la frustration dans la coordination nationale des étudiants. Khady Seck pense que c'est pour les diviser : "Si l'on a reçu certains de nos camarades, à vingt-quatre heures de notre marche pacifique, c'est en quelque sorte pour diviser les étudiants. Je parle à l'ensemble des camarades. Il faut rassembler les troupes", martèle-t-elle. "Il faut retourner à la base et la base aujourd'hui, ce n'est pas que la coordination. La base, c'est l'ensemble des étudiants sénégalais". 

Alexandre Sambou contredit sa collègue et réaffirme la constance dans leur position : "La marche que nous avons organisée, nous l'avons organisée et ça a réussi. Pour ceux qui disent que nous sommes divisés, c'est faux. On ne peut pas être divisés et aller au Palais pour réclamer la rencontre avec toutes les autres universités. Nos exigences d'hier sont nos exigences d'aujourd'hui."

Une rencontre entre les étudiants et Macky Sall est prévue lundi. En attendant, les étudiants observent une grève illimitée jusqu'à satisfaction de leurs doléances. 

La rédaction vous recommande