L′emploi des jeunes, victime collatérale du coronavirus // La pandémie révèle les inégalités socio-raciales au Brésil | Vu d′Allemagne | DW | 03.06.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

L'emploi des jeunes, victime collatérale du coronavirus // La pandémie révèle les inégalités socio-raciales au Brésil

Selon l'Organisation internationale du Travail, un jeune sur six a perdu son emploi au cours des derniers mois à cause du coronavirus. Un phénomène qui n'épargne pas l'Allemagne. // Au Brésil, où la pandémie est encore loin d'être surmontée, la crise sanitaire met en lumière les inégalités socio-raciales. Les patients noirs sont surreprésentés dans le décompte des victimes.

Écouter l'audio 12:51

Sur un peu plus de deux millions d'entreprises en Allemagne, 750.000 se sont inscrites au chômage partiel en avril, suite aux mesures de confinement décidées par les autorités pour limiter la propagation du coronavirus.

Avec des conséquences directes sur de nombreux étudiants: 40% d'entre eux ont perdu leur emploi ces derniers mois, selon un sondage de l'agence de recrutement Zenjobs.

Pas d'allocation mais des crédits pour les étudiants en difficulté

Le gouvernement allemand a prévu des aides financières pour les étudiants sous forme de prêts: 650 euros par mois, remboursables au même titre que l'allocation d'études, le Bafög. Mais cette solution ne satisfait pas la Confédération allemande des Syndicats.

"Ceux qui doivent travailler avaient déjà une situation sociale et financière difficile, ils risquent de s'endetter", explique Matthias Anbuhl, expert en politique éducative du DGB. La confédération syndicale aurait préféré "une solution basée sur des subventions".

La situation financière des jeunes diplômés ne risque pas non plus de s'arranger: les chances de trouver un emploi après les études ont rarement été aussi mauvaises.

Sophie, étudiante en fin de cycle, a vu toutes ses candidatures recalées. "Les entreprises ont suspendu les recrutements pour cette année", déplore-t-elle.

Les étudiants subissent aussi les conséquences de la Covid-19 (picture-alliance/dpa/W. Grubitzsch)

Les étudiants subissent aussi les conséquences de la Covid-19

Moins de places en apprentissage professionnel

L'avenir de l'apprentissage professionnel est également inquiétant, selon le DGB. Actuellement, 1,3 million de jeunes suivent une formation en alternance, un programme étalé sur trois ans et demi pour apprendre un métier et se qualifier.

C'est l'un des piliers de l'emploi des jeunes en Allemagne. Grâce à lui, le pays affiche le taux de chômage le plus faible d'Europe pour les 15-24 ans: 5,4% en avril 2020 contre 33% en Espagne et plus de 20% en France.

En 2019, 525.000 jeunes ont démarré leur formation, mais les conséquences économiques du coronavirus menacent la prochaine rentrée. Selon Matthias Anbuhl, du DGB, ce sont surtout les jeunes les moins qualifiés qui sont les plus vulnérables car même sans crise, il est difficile pour eux de trouver une place en alternance.

La situation est aussi critique pour les jeunes en fin d'apprentissage. Jusqu'ici, le taux d'embauche après une formation en alternance est de 70 à 75%. Encore faut-il que les entreprises survivent à la crise. Et que le virus ne regagne pas du terrain.

Des mesures pour sauver l'apprentissage

Le problème est assez sérieux pour mobiliser les acteurs politiques et économiques. Fin mai, l'Alliance pour la formation professionnelle, qui regroupe des représentants de l'État, des Länder, de l'industrie et des syndicats, a annoncé un train de mesures pour soutenir les entreprises en difficulté.

Des primes sont entre autres prévues pour les entreprises qui reprendraient les apprentis d'une autre en faillite.

Il s'agit de garantir la poursuite du système de formation en alternance, malgré la crise. Et d'empêcher l'émergence d'une "génération corona" qui ferait grimper le chômage des jeunes et porterait un coup au modèle économique allemand.

Au Brésil, beaucoup de noirs sont touchés par la Covid-19 (AFP/T. Sarraf)

Au Brésil, beaucoup de noirs sont touchés par la Covid-19

Au Brésil, les noirs meurent plus que les blancs

Il y a des courses qu'on ne préfèrerait ne pas remporter. Le Brésil est devenu le 2ème pays, juste derrière les Etats-Unis, en nombre de cas confirmés de coronavirus.

Début juin, plus de 30 000 Brésiliens ont succombé au virus. Une crise sanitaire qui met aussi en lumière les terribles inégalités socio-raciales, car les noirs meurent plus que les blancs.

Et les médecins noirs, très rares au Brésil, n'hésitent plus à montrer comment le racisme et les préjugés peuvent tuer... Un reportage à Sao Paulo de notre correspondante Marie Naudascher.

Retrouvez tous les numéros du magazine Vu d'Allemagne dans la médiathèque.

Un magazine proposé par Anne Le Touzé et Hugo Flotat-Talon.