Le traité nucléaire INF, un héritage de la guerre froide | International | DW | 01.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le traité nucléaire INF, un héritage de la guerre froide

Washington a annoncé son retrait du traité sur les armes nucléraires de portée intermédiaire. Un texte signé en 1987, en pleine Guerre froide, pour réduire les risques d’un affrontement de grande ampleur.

En ce début de l'année 2019, une épaisse couche de neige recouvre la forêt de Heilbronn dans le sud de l'Allemagne. Les promeneurs y promènent leurs chiens en évitant de glisser. Le 11 janvier 1985, le temps était similaire, mais tout le reste était différent. 

A cette époque, la région était une enclave de haute sécurité de l'armée américaine et le théâtre d'un accident mortel lors de l'explosion d'un missile destiné à porter une charge nucléaire.

Larry Nichols était alors soldat américain à Heilbronn et responsable des missiles nucléaires sur le Waldheide. Il savait que les missiles Pershing 2 à moyenne portée étaient stockés dans des bunkers. Mais il n'avait pas le droit d'en parler. 

Lorsque la fusée a explosé, trois soldats sont morts, 16 ont été grièvement blessés. L'ogive nucléaire n'était pas dans le missile mais un soldat a pensé que c'était une explosion nucléaire, se souvient Nichols.  

"C'était un choc. Je veux dire qu'il s'agit d'un moteur-fusée. Qu'une telle chose se produise ici au plus fort de la Guerre froide, le monde entier a été alarmé", a expliqué Larry Nichols. 

À la suite de l'accident, les habitants de la ville voisine de Heilbronn ont été informés officiellement de l'existence du site. 
M. et Mme Huber habitent Heilbronn. Ils racontent qu'ils étaient néanmoins déjà informés du stockage des missiles nucléaires. Les Huber faisaient partie du mouvement pacifiste et avaient pris part aux manifestations contre le stationnement des missiles nucléaires en Allemagne. 

"Je ne pensais pas qu'il y aurait un tel accident. Mais c'était la confirmation, puis la population s'est réveillée et nous avons marché avec des dizaines de milliers de personnes qui manifestaient...", raconte Susanne Huber. Selon elle, l'accident n'a fait que confirmer à quel point c'était dangereux. 

"A l'époque, vous ne saviez pas exactement ce qui se passait, mais vous saviez ce que vous aviez et ce dont vous étiez capable. Et c'était effrayant", témoigne Larry Nichols. Il ajoute que "les premiers missiles retirés d'Allemagne ont été ceux de Waldheide en 1988."

 

En décidant de se retirer d'un traité de désarmement nucléaire crucial avec la Russie, au risque de relancer la course aux armements, les Etats-Unis ont mis à exécution leur menace. Ils reprochent à Moscou d'avoir violé le traité. 

Le communiqué du président américain Donald Trump annonce un retrait effectif du traité d'ici à six mois, "à moins que la Russie respecte ses obligations en détruisant tous ses missiles, lanceurs et équipements qui violent le texte".

L'Otan, de son côté, appuie "pleinement" la "démarche" américaine et appelle Moscou à revenir à "un respect total et vérifiable" de ses obligations. La chancelière allemande Angela Merkel a dit pour sa part espérer de nouvelles discussions.

Côté russe, le président Vladimir Poutine a récemment menacé de développer de nouveaux missiles balistiques de portée intermédiaire en cas de retrait de Washington. Moscou affirme que la décision des États-Unis s'inscrit dans la "stratégie" américaine de "s'affranchir de ses obligations" internationales.