Le trafic d′esclaves des Arabes a fait plus de victimes que celui des Européens | Afrique | DW | 23.08.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le trafic d'esclaves des Arabes a fait plus de victimes que celui des Européens

Ce 23 août marque la journée internationale du souvenir de la traite négrière et de son abolition. L'occasion de revenir sur le trafic organisé en direction des pays arabes.

L’Afrique a connu des traites tout aussi violentes et dévastatrices que la traite transatlantique. Il s'agit des traites orientale et transsaharienne, organisées par les Arabes, pendant treize siècles sans interruption.

La traite transatlantique pour sa part, a duré quatre siècles. Tidiane N'Diaye, anthropologue et économiste sénégalais, s'est penché sur le sujet dans son ouvrage "Le génocide voilé".

"La plupart des gens braquent toujours les projecteurs sur la traite transatlantique pratiquée par les Européens en direction du Nouveau monde. Mais, en réalité, l'esclavage arabo-musulman a été beaucoup plus important parce que, quand je fais la synthèse des travaux existant, pour la traite transatlantique on se situe dans une fourchette entre  9, 6 et 11 millions d'individus, alors que pour la traite arabo-musulmane, ce sont 17 millions de victimes" affirmele Sénégalais.

Africains esclavagistes

Les razzias effectuées en Afrique de l'est par la route transsaharienne vers le Maroc ou l'Égypte concernent huit millions d'Africains. 

Neuf autres millions ont été déportés dans les régions de la mer Rouge ou de l'océan Indien. Mais, ces statistiques, évoquées par le chercheur sénégalais, sont relativisées par Abdulazizi Lodhi, professeur de swahili et de linguistique africaine à l'Université d'Uppsala en Suède.

"L'esclavage faisait partie de diverses cultures africaines et, dans de nombreuses sociétés africaines, il n'y avait pas de prisons, de sorte que lorsqu'ils capturaient des gens, ils les vendaient, surtout vers le Nord. Ces esclaves pouvaient devenir des soldats et avoir des grades dans d'autres pays. En Afrique de l'est, les principaux participants à la traite négrière étaient les Africains tribaux eux-mêmes. En ce qui concerne l'exportation, les Arabes étaient les plus actifs parce qu'ils s'occupaient du commerce d'exportation et non de la capture d'esclaves en tant que tels. Ils achetaient neuf esclaves sur dix aux esclavagistes africains " explique Abdulazizi Lodhi.

La traite arabo-musulmane que l'anthropologue Tidiane N'Diaye qualifie de "génocide de peuples noirs", serait selon lui, en partie à l'origine de la pauvreté, la longue stagnation démographique et le retard de développement actuel que connait l'Afrique. 

Et bien que ce fléau ait été aboli, on estime que près de 40 millions de personnes dans le monde vivent encore en esclavage. Le continent africain bien sûr n'est pas épargné.