Le Tchad dans l′attente du scrutin présidentiel | Afrique | DW | 21.04.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Tchad dans l'attente du scrutin présidentiel

3500 observateurs seront déployés pour l'élection présidentielle prévue le 25 avril. Pendant ce temps, trois principaux opposants du président tchadien Idriss Déby ont décidé de boycotter les élections.

default

Le Président sortant Idriss Deby

Environ 5 millions de Tchadiens sont appelés aux urnes le 25 avril prochain pour élire un nouveau président. Idriss Déby, au pouvoir depuis 20 ans, semble être de nouveau le grand favori de la présidentielle. Jacqueline Moudeina est avocate et présidente de l’organisation tchadienne des droits humains.

« Cette alternance qui s’impose quand il y a démocratie, le Tchad n’a pas cette chance de l’avoir. Il n’y aura jamais d’alternance, tout est parti pour que Idriss Deby revienne au pouvoir et pour combien de temps Dieu seul le sait. Cela lui fait 20 ans de pouvoir et il continue à y aller.

3500 observateurs

Happy Birthday Africa Tschad

Enfants dans les rues de Miandoum

Ce sont 3500 observateurs de la société civile qui seront déployés à travers le Tchad pour observer les opérations de vote et de dépouillement le 25 avril, a annoncé ce jeudi Massalbaye Tenebaye, Président de la coalition indépendante pour des élections libres. Par ailleurs les trois principaux opposants candidats Saleh Kebzabo de l'Union nationale pour la démocratie et le renouveau, Wadal Abdelkader Kamougué de l'Union pour le renouveau et la démocratie et Ngarlejy Yorongar de la Fédération action pour la République ont décidé de boycotter le scrutin. Ils ont aussi qualifié les élections législatives du 13 février dernier de mascarade électorale. Selon l’experte allemande pour le Tchad Helga Dickow de l’institut Arnold-Bergstraesser à Fribourg, ce boycott pourrait être la meilleure façon de se faire entendre.

« Ils attirent l’attention et ils peuvent dire à l’opinion publique mondiale : regardez c’est un régime qui n’a pas été légitimement élu. »

En 2006 également, l’opposition avait boycotté le scrutin présidentiel et protesté contre le changement de la constitution par Idriss Deby pour pouvoir se représenter pour un nouveau mandat. En revanche, Helga Dickow ne voit pas de changement de régime à court terme.

« Politiquement il est fort et militairement aussi. Ce qui pourrait être dangereux pour lui c’est un coup de palais. C’est-à-dire que l’un de ses proches le renverse. »

Le Tchad est un pays exportateur de pétrole. Mais la majorité de la population est pauvre et se plaint de la mainmise du régime sur les richesses.

Auteurs : Dirke Köpp, Salamata Sänger
Edition : Fréjus Quenum

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !