Le Soudan du Sud au salon du tourisme de Berlin | Allemagne | DW | 07.03.2013
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Allemagne

Le Soudan du Sud au salon du tourisme de Berlin

Près de 200 pays sont représentés au Salon international du tourisme de Berlin (ITB). Pour la première fois, le Soudan du Sud, qui a acquis son indépendance le 9 juillet 2011, y a lui aussi sa place.

Depuis août 2012, le Soudan du Sud a une représentation diplomatique à Berlin, une première étape pour se faire connaître. Avec un stand au Salon international du tourisme (ITB), le jeune pays souhaite aller plus loin et présenter au monde entier toutes ses attractions, comme l'explique son ambassadrice en Allemagne, Sitona Abdalla Osman :

« Notre offre est très variée : le pays est très fertile, c'est un pays où tout pousse facilement. On a aussi de nombreux animaux pour les amateurs de safaris, et le Nil avec ses poissons. Nos forêts sont immenses et nous avons toutes sortes d'arbres tels que l'acajou ainsi que de nombreuses ressources minérales. Plusieurs types de touristes peuvent donc s'y retrouver ! »

Le Salon international du tourisme se poursuit jusqu'au 10 mars

Le Salon international du tourisme se poursuit jusqu'au 10 mars

Des infrastructures peu développées

Mais pour Roman Deckert, membre de l'ONG MICT (Médias en coopération et transition), qui a de nombreux projets au Soudan et au Soudan du Sud, un séjour dans le tout jeune État doit être bien préparé :

« Les infrastructures ne sont que très faiblement développées, il y a également des problèmes sécuritaires dans certains coins du pays. Il faut donc bien s'informer avant et de ne pas y aller seuls. Il y a des tours-opérateurs qui connaissent le pays et peuvent garantir la sécurité des touristes. »

« Un peuple pacifique et accueillant »

Si le Soudan du Sud a acquis son indépendance, il est toujours en conflit avec son voisin du Nord sur de nombreux points, notamment le partage des revenus du pétrole, et certaines zones qu'ils continuent de se disputer. Sitona Abdalla Osman l'admet, la plupart des touristes potentiels n'associent pas le Soudan du Sud à une destination de rêve mais plutôt aux combats :

« Il faut qu'on se batte contre ces clichés. Et que les gens sachent que nous sommes un peuple pacifique et très accueillant. On ne risque rien chez nous, et les touristes doivent venir pour le voir de leurs propres yeux ! On n'est plus en guerre et on ne veut plus de la guerre.»

Le message semble avoir été entendu puisqu'une agence de voyages allemande, Diamir, connue pour ses expéditions dans des contrées encore intactes, organise ce mois-ci un voyage de 13 jours à travers le Soudan du Sud.

Archives