Le sommet de l′Union africaine marqué par la Covid-19 et la sécurité | Afrique | DW | 08.02.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le sommet de l'Union africaine marqué par la Covid-19 et la sécurité

Le 34ème sommet de l'organisation s'est terminé ce dimanche 7 février, dans un contexte sanitaire particulier.

Félix Tshisekedi à la fin du 34ème sommet de l'UA

En raison de la pandémie de Covid-19 ce sommet était virtuel

Le 34ème sommet de l'Union africaine a pris fin ce dimanche 6 février, après deux jours de réunions. Un sommet un peu particulier puisqu'il était en ligne, pandémie de Covid-19 oblige. Félix Tshisekedi, le dirigeant congolais assure pour un an la présidence de l'UA. Moussa Faki a aussi été réélu président de la Commission de l'UA, l'organe exécutif de l'institution, pour quatre ans. Et les chefs d'Etat sont revenus sur plusieurs dossiers importants du continent et de l'organisation. 

Poursuite de la mise en place de la réforme

Ce sommet a permis la poursuite de la mise en place de la réforme de l'UA, réforme Kagamé, et le passage à six commissaires au lieu de huit. Les affaires politiques, et le département paix et sécurité sont désormais liés. De quoi d'abord donner l'espoir d'une Commission moins dispersée. "La réorganisation de la Commission de l'Union africaine peut apporter un début de solution", estime Seidick Abba, journaliste qui suit notamment toutes les questions liées à l'organisation continentale. "Jusqu'ici, il y avait une sorte de chevauchement entre le département politique et le département paix et sécurité. Donc s'il y a désormais aujourd'hui, une volonté politique et une meilleure coordination entre les communautés économiques régionales, je pense qu'on peut trouver des solutions africaines aux crises africaines." 

Très peu de personnes étaient présentes à Addis Abeba

Très peu de personnes étaient présentes à Addis Abeba

Covid-19

Une crise qui a beaucoup fait parler samedi et dimanche, c'est celle de la Covid-19. Le président sud-africain Cyril Ramaphosa l'a évoqué en longueur dès son discours d'ouverture samedi. De nombreux chefs d'Etat ont salué aussi la collaboration et coordination sur le continent depuis le début de la crise. Une coordination qui doit aller plus loin encore pour Félix Tshisekedi. "Nous avons décidé des actions à prendre, telle la mise en œuvre effective de la stratégie continentale commune, le renforcement du fond africain pour la Covid-19, une plateforme africaine pour l'acquisition des matériels médicaux et l'accélération des tests Covid", a-t-il indiqué. 

Samedi, le président sortant de l'Union africaine a aussi appelé le Fonds monétaire international à débloquer de nouvelles ressources pour corriger "l'inégalité flagrante des mesures de relance fiscales entre les économies avancées et le reste du monde". 

L'Union africiaine a déjà commandé plusieurs millions de doses de vaccins.

L'Union africiaine a déjà commandé plusieurs millions de doses de vaccins.

Sécurité

Le dossier sécuritaire était aussi au menu du sommet. "La prolifération des groupes armés locaux et étrangers, ainsi que la montée en puissance des groupements terroristes, en Afrique centrale, dans la zone sahélienne, ainsi que dans le sud du continent, constitue une vraie menace contre la paix, la sécurité et la stabilité du continent", a insisté Félix Tshisekedi. "Il en est ressorti la nécessité d'éradiquer ces phénomènes".

Pour cela, l'UA veut s'appuyer, sur le développement du commerce et de l'économie notamment. Elle a salué la mise en place de la zone de libre-échange continentale africaine, la Zlecaf. 

Culture

Et puis  les chefs d'Etat ont parlé culture aussi, un peu. "Arts, culture, patrimoine" c'est le thème de l'année 2021 de l'UA. Le président malien de la transition Bah Ndaw a demandé aux Etats membres de l'UA de consacrer au moins un pourcent de leur budget à ce domaine d'ici 2030. C'est beaucoup dans le contexte, jugent des experts. D'autant que la nécessité de renforcer le secteur de la santé sur le continent a aussi été citée. "Il nous faudra agir avec action et efficacité", a conclu Félix Tshisekedi dimanche après-midi.