Le Sénégal offusqué par les exécutions en Gambie | Afrique | DW | 29.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le Sénégal offusqué par les exécutions en Gambie

Mardi, le président Macky Sall a condamné l'exécution dimanche de deux ressortissants sénégalais. Le 19 août, le président Yahya Jammeh avait fait connaître sa décision de faire exécuter tous les condamnés à mort.

Macky Sall

Macky Sall

Neuf personnes en tout ont été mises à mort dimanche 26 août en Gambie, dont deux ressortissants sénégalais. Macky Sall (en photo de tête) a donc convoqué ce mercredi l'ambassadeur de Gambie à Dakar pour lui signifier directement le mécontentement du Sénégal concernant ces exécutions.

Yahya Jammeh

Yahya Jammeh

Pour l'heure, on ne sait pas si l'ambassadeur de Gambie a répondu à la convocation du président Macky Sall. Mais le président sénégalais a parlé d'une sanction à l'endroit de la Gambie, si son ambassadeur dérogeait à la convocation.

« J’ai demandé au Premier ministre de convoquer l’ambassadeur de Gambie et de lui notifier la position du Sénégal et notre regret face à cette attitude tout à fait inacceptable, a affirmé Macky Sall. Et demain [mercredi], s’il n’est pas à l’heure de la convocation, il faut qu’il quitte le Sénégal. Je condamne une application de la peine de mort entourée d’opacité et à l’insu des autorités sénégalaises. J’en appelle au président de la République de Gambie, le président Yahya Jammeh, pour qu’il épargne la vie de M. Saliou Niang, le troisième, et éventuellement toutes les mesures soient prises en tout cas dans le sens du droit international, afin que la paix et le bon voisinage puissent continuer à exister entre le Sénégal et la Gambie. »

Dakar voulait être informé

« Nous avons été surpris par le mépris des autorités gambiennes à l’égard du Sénégal qui aurait dû être informé au moins de la décision par les voies appropriées telle que la convention de Vienne de 1963, sur les relations consulaires ainsi qu’à l’esprit de bon voisinage, cela n’a pas été le cas », a encore déploré Macky Sall.

Gambia Flagge Wahlen

Des partisans de Yahya Jammeh

Les États-Unis, la France et le Commonwealth (dont la Gambie est membre), notamment, ont regretté ces exécutions. Ils ont demandé à Banjul de ne pas les poursuivre. De son côté, la Gambie affirme que tous les condamnés à mort seront exécutés avant la mi-septembre. Yahya Jammeh justifie les exécutions par le fait que son pays est souverain et qu'il ne permettra pas que des criminels troublent la quiétude du reste de la population.

Que reproche la Gambie aux deux Sénégalais exécutés ? Selon la Gambie, la Sénégalaise Tabara Samba a versé de l'huile chaude sur son époux. Ce dernier en est mort. Tabara reprochait à son époux d'avoir convolé en secondes noces. Quant au deuxième Sénégalais, Djibril Bah, il a été condamné pour avoir tué, à coup de couteau, l'un de ses compatriotes.

Les exécutions du week-end dernier mettent fin à 27 ans ­de moratoire sur les exécutions capitales en Gambie.

Archives

L'Afrique en débat (Magazine)