Le Royaume-Uni se dirige à grand pas vers le Brexit | International | DW | 13.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le Royaume-Uni se dirige à grand pas vers le Brexit

Au Royaume-Uni, la victoire écrasante de Boris Johnson aux élections législatives ouvre désormais la voie au Brexit le 31 janvier 2020.

Mais même si le chef du gouvernement conservateur parvient à réaliser sa promesse de sortir le pays de l’Union européenne, des incertitudes demeurent, notamment sur la durée des négociations commerciales avec Bruxelles. Si pour les Européens la victoire de Boris Johnson est un signe clair que le Brexit aura bien lieu, selon le politologue Anthony Glees, les élections ont souligné un fait capital : elles ont montré à quel point la société britannique était divisée.

“Nous sommes dans tous les cas entrés au Royaume-Uni dans une nouvelle ère. L’ancien système politique est terminé, le parti Labour est hors-jeu, les libéraux-démocrates sont hors-jeu. Si Boris Johnson parvient à fournir du travail aux gens en dehors de l’Union européenne, cela signifie qu’il y a un danger de mort en ce qui concerne l’avenir de l’Union européenne” explique le politologue qui précise qu' on ignore si Boris Johnson optera pour un Brexit dur ou progressif.

Infografik - UK Wahlen - EN

Les résultats des législatives au Royaume-Uni

Des négociations difficiles en perspective 

Fabian Zuleeg, directeur du European policy centre à Bruxelles estime pour sa part que les problèmes à venir vont dépendre de la durée des négociations. Selon lui "Boris Johnson devra demander une transition s'il veut un accord ambitieux avec l'UE. Cela signifie qu'il doit le demander d'ici l'été. Il y a aussi des questions liées à la pêche qui sont sur la table. Nous savons également que l'Union européenne insistera sur des conditions de concurrence équitables. Si le Royaume-Uni reste plus longtemps que jusqu'à fin 2020, des paiements devront être effectués sur le budget de l'UE. Et il existe de nombreuses autres questions qui pourraient se poser en fonction de chaque pays. Par exemple, l'Espagne pourrait remettre la question de Gibraltar sur la table, ce sera une négociation très, très difficile".
Ce qui est certain c’est que les Européens seront tout particulièrement attentifs "à l'intégrité du marché intérieur" et à ce que la future relation garantisse des règles du jeu équitables entre les deux parties. 
 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !