Le renforcement des forces locales au centre du Forum de paix et sécurité | Afrique | DW | 19.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le renforcement des forces locales au centre du Forum de paix et sécurité

Deuxième et dernière journée du Forum International de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. Au centre des réflexions, l’urgence de repenser la sécurité collective contre le terrorisme à l’échelle locale.

L’Organisation des Nations-Unies et les différentes missions de maintien de la paix et de la sécurité en Afrique ne déméritent pas mais elles doivent  être reformées, ont reconnu les différents intervenants au 6ème Forum International de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique. 

"Il urge vraiment qu’il y ait une réforme sur le système d’opération de maintien de la paix dans les zones où le terrorisme sévit",a déclaré Macky Sall le président sénégalais.

L'invité d’honneur de ce rendez-vous annuel a été le tout nouveau président de la Mauritanie. Mohamed Ould Cheikh El Ghazouani a plaidé pour le renforcement des forces armées sous-régionales :  

"Des forces régionales mobiles, plus légères et connaissant mieux le terrain doivent être davantage privilégiées comme réponse plutôt qu’une force lourde et statique avec un mandat souvent limité et coûteux. L’ONU  doit ainsi donné un mandat plus robuste et un financement plus pérenne aux forces sous-régionales telles que la force conjointe du G5 Sahel."

Paix et stabilité 

Pour le Premier ministre français, Edouard Philippe, "les armées conventionnelles aussi courageuses, aussi nombreuses soient-elles, ne pourront totalement jamais vaincre l’ennemi que nous combattons. Les Etats ont besoin de stabilité pour se développer."

Selon Edouard Philippe : "l’idéal en terme de stratégie, serait de combiner actions militaires, diplomatiques et aides au développement économique et social."

Les défis du multilatéralisme

Face à l’ampleur de l’insécurité au Mali et au Burkina Faso, certains participants doutent encore de l’adhésion de tous les acteurs au multilatéralisme.

"La question que je me pose, c’est si ce n’est pas un peu conceptuel et un peu éloigné des réalités du terrain. J’ai l’impression qu’on a du mal à sortir et à mettre en application les recommandations qui sont faites aux différents forums."

"Est-ce que l’Union Africaine se retrouve dans cette force du G 5 Sahel ? Est-ce que la CEDEAO se retrouve dans cette force du G5 Sahel ? Mais je pense que les États africains doivent essayer de regarder dans la même direction afin d’essayer de dresser une piste d’appui et d’assistance des forces internationales."

Cette 6ème édition du Forum International de Dakar promet de relever entre autres défis, la fin de l’impasse en Lybie et la bonne gouvernance.