Le photographe allemand Wolfgang Tillmans en Afrique et les films africains à la Berlinale | Vu d′Allemagne | DW | 28.02.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le photographe allemand Wolfgang Tillmans en Afrique et les films africains à la Berlinale

Retour sur la 68ème édition de la Berlinale dans la capitale allemande, où les films africains ont reçu un très bon accueil. Direction aussi Cologne et Kinshasa, où le célèbre photographe allemand Wolfgang Tillmans présente des expositions en parallèle.

Écouter l'audio 16:55
Now live
16:55 min

Vu d'Allemagne se la joue très artistique cette semaine ! Votre magazine vous emmène à Berlin dans un premier temps, se replonger dans la Berlinale qui vient de s'achever. Générique de fin sur la 68ème édition du Festival international du Film de la capitale, l'un des plus grands au monde. Même s'ils ne concouraient pas dans les catégories les plus prestigieuses, les films africains ont reçu un très bon accueil. En seconde partie de ce magazine direction Cologne et Kinshasa, où le célèbre photographe allemand Wolfgang Tillmans présente des expositions en parallèle. 

Pour écouter ce podcast, il vous suffit de cliquer sur l'image ci-dessus. Emission téléchargeable aussi en cliquant sur "Enregistrer le fichier mp3" à droite de ce texte.

                                                                                   ------------------------------------

                                            Berlinale 2018 : les films africains primés

Le festival international du film de Berlin se tenait dans la capitale allemande du 15 au 25 février dernier. 400 films en compétition, 21 000 participants de 130 pays et 330 000 places de cinéma vendues ! L’Ours d’or, récompense ultime, a été attribué au film "Touch me not", "Ne me touche pas" de la réalisatrice roumaine Adina Pintilie, une exploration sur l’intimité et la sexualité. À noter le grand prix du jury, Ours d'argent, à "Twarz" ("Mug") de Malgorzata Szumowska, l'Ours d'argent du meilleur acteur à Anthony Bajon dans "La prière" de Cédric Kahn. 

De leur coté, et même s'ils ne concourraient pas dans les catégories les plus prestigieuses, les films africains ont reçu un très bon accueil ! "Imfura", par exemple, était la toute première production rwandaise en compétition dans la catégorie courts-métrages. Le film a reçu l’Ours d’argent du meilleur court-métrage. Le prix du cinéma européen a été attribué à "Burkina Brandenburg Komplex" qui transpose des Allemands – le Brandebourg étant une région de l’Est de l’Allemagne à côté de Berlin- qui transpose donc des Allemands dans un village africain avec tous les clichés liés à un village africain. 

Le jury Generation (les films pour enfants ou adolescents) a quant à lui décerné une mention spéciale à "Supa Modo". Quand un village kényan se mobilise autour de Jo, une petite fille malade, et décide de tourner un film dans lequel elle est la superhéroine. "Supa Modo" a été produit dans le cadre de "FilmAfrica !", un projet de la Deutsche Welle Akadmie, du ministère allemand des Affaires étrangères et de la société de production "One Fine days Films", qui appartient à Tom Twyker qui était cette année le président du jury de la Berlinale. Un projet destiné à promouvoir les films africains. 

 

                   Wolfgang Tillmans : le grand photographe allemand en tournée en Afrique

Wolgang Tillmans est l'un des photographes allemands les plus célèbres, bien au delà des frontières de l'Allemagne. Il est, par exemple, le premier artiste non britannique a avoir obtenu le Turner Prize en 2000, un prix décerné chaque année à un artiste comptemporain. De Berlin à Bogota, en passant par Moscou, New-York ou Paris, il expose dans le monde entier depuis plus de ving ans. Aujourd'hui il expose à Cologne en Allemagne, mais aussi en Afrique. Une grande tournée de Kinshasa à Johannesboug, en passant par Nairobi.

Man sieht WolfgangTillmans und Besucher von seiner Austellung (DW/C. Trautes)

Exposition de Wolfgang Tillmans à Kinshasa.

À chaque exposition, une expérience unique. Pas de photos encadrées les unes à coté des autres, mais de grands murs blancs. Avec des images de toutes les tailles accrochées tantôt avec des épingles, parfois avec du scotch ... Comme dans une chambre ou un bar ou quelqu'un aurait affiché ses souvenirs. Des photos de jeunes en boîte de nuit, à coté d'un portrait d'une femme métisse à son bureau, d'un cliché d'un SDF dans une rue européenne, une manifestation ou un paysage de mer développé en plus grand format ...

"C'est avec des portraits comme ceux-là qu'il s'est fait connaître, fait à l'époque dans les boites de nuit. Ce sont des moments de la vie de tous les jours", raconte Lena Zimmerman, employée dans une salle d'exposition à Cologne où Wolfgang Tillmans a débuté dans les années 1990 et expose encore aujourd'hui. Le photographe est souvent décrit comme le chroniqueur de sa génération en Europe.

Wolfgang Tillmans veut désormais le partager avec l'Afrique. Une exposition de 140 oeuvres voyage à travers le continent en ce moment. Il n'a pas hésité quand l'institut Goethe et l'institut allemand pour les relations culturelles avec l’étranger lui ont proposé cette idée. "Je me suis demandé ce que cela signifiait d'exposer de l'art européen en Afrique, en plus il y a l'histoire coloniale. Mais l'échange aide à mieux se comprendre, et c'est aussi un moyen de mieux entendre l'Afrique"

Man sieht WolfgangTillmans und Besucher von seiner Austellung (DW/C. Trautes)

Wolfgang Tillmans à Kinshasa avec des visiteurs lors de son exposition.

La première des neufs expositions de Wolfgang Tillmans à travers l'Afrique vient de s'achever à Kinshasa. 6750 entrées en 5 cinq semaines quand le musée d'art comptemporain et multimédia en espérait 5000. "Il peut être un espoir pour la jeunesse", se réjouit Christian Bricki, le directeur du musée. Dès le mois d'avril Wolfgang Tillmans sera à Nairobi pour installer son exposition. En juillet ce sera à Johannesbourg. Et puis suivront aussi 7 autres dates, dans les deux années à venir. 

Liens