Le patrimoine de Tombouctou menacé | Archives Afrique | DW | 06.05.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

Le patrimoine de Tombouctou menacé

La profanation du mausolée de Cheikh Sid Mahmoud Ben Amar à Tombouctou a suscité l’indignation générale au Mali. Des islamistes armés ont incendié le tombeau du saint musulman vendredi.

Mosquée de Sankore à Tombouctou

Mosquée de Sankore à Tombouctou

Surnommée la « cité des 333 saints » ou encore « la perle du désert », la ville de Tombouctou, dans le nord du Mali, a été classée au patrimoine mondial de l'Unesco en 1988. Jadis grand centre intellectuel de l'islam, la ville est célèbre pour son architecture de style soudanais et pour ses dizaines de milliers de manuscrits, dont certains datent du XIIème siècle.

Le groupe Ansar Dine veut faire appliquer la charia au Mali

Le groupe Ansar Dine veut faire appliquer la charia au Mali

Depuis la fin mars, des groupes armés, touaregs et islamistes, contrôlent tout le nord du Mali et l'inquiétude grandissait quant au patrimoine historique, culturel et religieux de Tombouctou. Et c'est avec indignation qu'ont réagi la population de la ville et du reste du pays ainsi que la classe politique malienne après l'incident de vendredi à Tombouctou.

Profanation d'un symbole religieux

Selon les témoins, dont les propos ont été rapportés par la presse malienne, des membres d'Al-Qaïda au Maghreb islamique et du groupe islamiste Ansar Dine ont d'abord empêché un habitant de se rendre au mausolée de l'érudit Cheikh Sid Mahmoud Ben Amar pour prier. Ils ont ensuite incendié le bâtiment et promis de détruire d'autres mausolées.

Pour le gouvernement de transition malien, il s'agit-là d'un « acte inqualifiable qui foule au pied les préceptes de l'islam, religion de tolérance, et le respect de la dignité humaine », selon un communiqué lu à la télévision nationale.

Tombouctou et le nord du Mali sont contrôlés par des groupes rebelles

Tombouctou et le nord du Mali sont contrôlés par des groupes rebelles

Indignation et appels à l‘action

Le parti Convention nationale pour une Afrique Solidaire de l'ancien Premier ministre Soumana Sako a de son côté parlé « d'actes barbares de profanation » et a fermement condamné des « agissements irresponsables contraires à nos valeurs et donnant de l'islam une image déformée ». La formation politique a aussi a appelé à des mesures urgentes pour libérer les territoires occupés dans le nord du Mali.

Plusieurs intellectuels et artistes maliens ont eux aussi fait part de leur consternation. Ils ont décidé de lancer un manifeste pour la défense des patrimoines des zones sous occupation.

Auteur : Aude Gensbittel, avec AFP, APA, PressAfrik
Edition : Mulay Abdel Aziz

La rédaction vous recommande