Le monde face au manque de masques de protection | International | DW | 25.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le monde face au manque de masques de protection

Des industries qui reconvertissent leur production, des bénévoles qui sortent les machines à coudre. Le monde entier tente de trouver des solutions pour obtenir des masques de protection.

Une scène de marché aux Philippines

Une scène de marché aux Philippines

550 millions : c'est le nombre de masques que l'Espagne vient de commander en urgence à la Chine, alors que le pays est devenu le deuxième pays le plus touché en nombre de décès liés au coronavirus dans le monde, juste derrière l'Italie.
Madrid a également commandé des centaines de respirateurs et des millions de gants.
L'Espagne, comme d'autres pays, fait face à une pénurie de matériel de protection, notamment des masques pour le personnel soignant, dont plus de 5.000 ont été contaminés par le virus.
"Des chaînes de production entières (en Chine) vont travailler totalement pour le gouvernement espagnol", a déclaré le ministre espagnol de la Santé.
La Chine, qui avait reçu 50 tonnes d'équipement médical de la part de l'Union européenne lorsque le Covid-19 commençait à s'y répandre, est désormais sollicitée pour un renvoi d'ascenseur.

Le secteur du textile appelé à la rescousse

La tension est telle que cet approvisionnement par la Chine avait donné lieu à une brouille la semaine dernière entre la République Tchèque et l'Italie, Rome accusant Prague d'avoir détourné une livraison de centaines de milliers de masques chinois qui lui étaient destinés.

L'Italie, qui a enregistré plus de 6000 morts depuis le début de la pandémie, cherche désormais à parvenir à l'autosuffisance dans la production de masques. 90 millions d'unités seraient nécessaires par mois selon un haut responsable du gouvernement. Actuellement, le secteur textile italien serait en mesure d'en garantir 50 millions. Les entreprises qui le peuvent sont ainsi appelées à se lancer dans la production.

Ailleurs dans le monde, le Maroc a annoncé que plusieurs usines de textile s'étaient reconverties pour produire deux millions de masques par jour. Dans ce pays aussi, les pharmacies sont en rupture de stock.

Machine à coudre
Autre solution employée par le Brésil : le recours à la capacité de production des prisons. Des détenus de l'Etat de Sao Paulo vont ainsi fabriquer plus de 300.000 masques de protection en suivant les normes sanitaires en vigueur.

Les normes sanitaires et l'efficacité des masques en circulation est d'ailleurs un vaste débat, d'autant que les initiatives citoyennes se multiplient pour des fabrications artisanales.

En Allemagne, à Bonn, les costumiers du théâtre de la ville ont par exemple annoncé que – puisque les spectacles sont annulés – ils vont mettre leurs machines à coudre à contribution pour fabriquer un millier de masques pour les agents de police et les pompiers.

Si seuls certains masques protègent efficacement du Covid-19, d'autres permettent seulement de diminuer le risque de propagation, ou permettent de signaler à son entourage que l'on cherche à lutter contre la pandémie.

 

Egalement à retenir ce mercredi 25 mars:

  • Europe : Europol avertit que des millions de faux médicaments, des prétendus vaccins, de faux remèdes, masques et faux tests circulent en Europe. Sur internet aussi, des milliers de liens sur le Covid-19 renvoient vers des arnaques. Europol a ainsi annoncé plus de 4 millions de produits saisis et plus de 120 arrestations.
  • Europe : 9 pays de l'Union européenne se sont dits en faveur d'un emprunt commun à toute l'UE. L'Italie, la France et l'Espagne sont dans ce groupe, ce qui met la pression sur l'Allemagne, Berlin étant opposé à toute mutualisation des dettes.
  • Allemagne : le Parlement a voté un paquet d'aides économiques pour faire face à la pandémie. Le coût de ces mesures s'élève à près de 1.100 milliards d'euros.
  • Etats-Unis : républicains et démocrates sont tombés d'accord sur un plan de relance de près de 2.000 milliards de dollars.
  • Royaume-Uni : le prince Charles, héritier de la couronne britannique, a été testé positif au nouveau coronavirus et présente de "légers symptômes".
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !