Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie | International | DW | 18.04.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

Le Maroc toujours silencieux face aux manifestations en Algérie

Alors que l'Algérie bouillonne, le Maroc se tait. Un mutisme qui en dit long sur les relations tendues entre les deux voisins, avec, en toile de fond, le conflit au sujet du Sahara Occidental. 

Écouter l'audio 02:03

"Le Maroc voit la situation en Algérie comme une affaire interne" (A.Taeb)

Depuis le début de la contestation en Algérie, le 22 février, le Maroc qui a des relations tendues avec Alger, reste prudent. Le royaume chérifien a affirmé maintenir une attitude de  « non-ingérence » par rapport aux manifestations en Algérie.

 « Le Maroc voit la situation en Algérie comme une affaire interne » explique l'historien tunisien Ali Taeb, maître de conférences à l‘Université de Manouba. « Et vu la sensibilité des relations entre ces deux pays, surtout sur la question du Sahara occidental, cela oblige le Maroc de rester en instance et observer ce qu'il va se passer. »

Lignes de fracture intactes

Alors que la présidentielle devant trouver un successeur à Abdelaziz Bouteflika a été fixée au 4 juillet, les étudiants algériens continuent de réclamer le départ du président par intérim, Abdelkader Bensalah et de son Premier ministre Noureddine Bédoui. Il est trop tôt pour savoir si l'issue de ces élections pourra déboucher sur un rapprochement entre l'Algérie et le Maroc, estime Ali Taeb.

Mais pour le politologue allemand Thomas Hasel, même s'il y a un changement de gouvernement, les lignes de fracture entre les deux pays vont demeurer intactes : « La grande ligne de la politique extérieure et militaire de l'Algérie ne changera pas de cette façon. Il faudrait le cas échéant un changement du système politique en Algérie mais je ne le vois pas venir. Le pouvoir en Algérie a beaucoup trop à perdre s'ils font cela  »

C'est le dossier du Sahara occidental qui plombe les relations entre ces deux poids lourds du Maghreb. Le Front Polisario, soutenu par l'Algérie, réclame un référendum d'autodétermination pour le Sahara occidental. Le Maroc, qui a annexé en 1975 cette ancienne colonie espagnole, refuse quant à lui toute solution autre qu'une autonomie sous sa souveraineté.

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !