Le fils d’Ali Bongo pour coordonner la présidence | Afrique | DW | 06.12.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le fils d’Ali Bongo pour coordonner la présidence

Si le choix porté sur le fils d’Ali Bongo pour ce poste suscite des débats au sein de l’opinion, le gouvernement gabonais avance pour sa part les compétences de Noureddine Valentin Bongo.

Écouter l'audio 02:05

"Nous dénonçons haut et fort la forfaiture qui s’est installée au niveau de l’exécutif" (Jean Christophe Owono Nguema)

Au pouvoir depuis dix ans et victime d’un accident cérébral vasculaire en 2018, Ali Bongo Ondimba a donc choisi son fils Noureddine Valentin Bongo comme coordinateur général des affaires présidentielles.

Une nomination entérinée en Conseil des ministres qui fait suite à une vague d’arrestations sur fond de scandale financier impliquant les plus proches collaborateurs du chef de l’Etat.

Ce dernier aura pour rôle d’assister le président gabonais dans la conduite des affaires de l’Etat et de veiller à la stricte application de ses décisions.

Polémique au Gabon

Certains observateurs estiment que compte tenu de la conjoncture politique actuelle du Gabon, cette désignation peut être interprétée comme étant une forme de centralisation du pouvoir autour du chef de l’Etat.

L’opposition politique gabonaise pour sa part conteste cette nomination. Elle craint la mise en place d’une monarchie au Gabon.

Jean Christophe Owono Nguema, sénateur et opposant.

"Nous ne souscrivons pas à cette façon de faire. Nous dénonçons haut et fort la forfaiture qui s’est installée au niveau de l’exécutif. Aujourd’hui, l’opposition doit se mobiliser pour faire en sorte que nous puissions déclencher la vacance du pourvoir".

 Noureddine Valentin Bongo compétent selon le gouvernement

Pour répondre à la polémique créée autour de cette nomination, le nouveau porte-parole de la présidence, Jesseye Ella Ekogha, précise que ce poste n’a pas été créé spécialement pour le fils du président.

"Les affaires présidentielles est un poste qui existait déjà. Il a été créé initialement par un décret le 10 mars 2003 sous la présidence d’Omar Bongo. Noureddine Bongo Valentin a été nommé pour deux raisons. La première, ce sont ses compétences. Il a été directeur général adjoint de la Mou Gabon qui est la plus grande entreprise privée du pays et il maîtrise la chose publique et son fonctionnement. La seconde raison, comme ça se fait aussi bien dans le secteur privé et public, est que Noureddine Bongo Valentin dispose de la confiance absolue du chef de l’Etat et celui-ci est libre de choisir les personnes avec lesquelles il souhaite travailler".

Cette attribution arrive après le lancement d'une opération anti-corruption dénommée Scorpion.

Une procédure qui a  conduit à l’arrestation d’une vingtaine de hauts responsables de l’Etat, dont Brice Laccruche Alihanga, l'ancien chef de cabinet d’Ali Bongo.

Audios et vidéos sur le sujet