Le désarroi des victimes de l′incendie du marché de Madina | Afrique | DW | 19.03.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

Le désarroi des victimes de l'incendie du marché de Madina

Des milliards de francs guinéens sont partis en fumée au marché de Madina, le plus grand de la ville de Conakry. C’est la conséquence de l’incendie survenu dans la nuit de samedi à dimanche.

Près de 400 boutiques et des centaines de tables ont été ravagés par les flammes. Certaines victimes sont confuses et s’interrogent sur les causes réelles du drame. Au lendemain de l’incendie qui a consumé sur son passage près de 400 boutiques au grand marché de Conakry, les visages des victimes affichent une profonde consternation. Les visiteurs se bousculent pour constater les dégâts causés par les flammes. Sur les lieux les victimes constituées en petits groupes parlent de cet incendie. Ibrahima Sory Barry, l’une des victimes affirme que des menaces avaient été publiées sur les réseaux sociaux:

 "Franchement nous on reste perplexe parce qu’il y avait une déclaration sur Facebook annonçant que le marché allait être brûlé. Même si ce qui est arrivé n’est pas le fait des auteurs de ce message, et que c’est une coïncidence, on se demande si ce message provient du côté du pouvoir ou de l’opposition mais ce qui reste clair, il y a eu un incendie, il y a eu des pertes énormes ici qu’on ne peut pas estimer pour l’instant" affirme t'il.


Le président de l’association des commerçants se veut rassurant. Il promet aux sinistrés que des enquêtes sérieuses seront menées pour déterminer les causes réelles du drame. Mamadou Cellou Diallo déplore aussi le fait que les sapeurs pompiers ne soient pas arrivés sur les lieux à temps: 
"Vraisemblablement il y a eu un court-circuit à partir de 23heures au niveau des conteneurs et le feu s’est propagé. L’alerte a été un peu tardive. Au moment où on informait les services de protection civile, le feu avait déjà pris une grande dimension et le sinistre a tout ravagé. On estime aujourd’hui à plus de 300, le nombre de conteneurs consumés."

Une reconstruction nécessaire

Maître Abdoul Kabela Camara ministre guinéen de la sécurité et de la protection civile déplore lui, l’inaccessibilité du marché de Madina dûe à des installations anarchiques de conteneurs. Pour lui la reconstruction de ce grand centre de négoce s’avère nécessaire et même indispensable pour le bien de l’économie nationale: 
"Il a fallu beaucoup de détermination des sapeurs pompiers pour accéder à l’intérieur. Il n’y a que quelques couloirs où à peine trois personnes peuvent passer. C’est extrêmement grave ! Je pense que c’est un problème réel de sécurité publique qui est posé ici à Madina. Ce problème de sécurité doit être résolu dans les meilleurs délais" selon lui. 
Aucune perte en vie humaine n’a été enregistrée mais les dégâts matériels sont lourds. Des victimes affirment avoir perdu des biens qu’elles ont rassemblé pendant des décennies. Leurs regards restent tournés vers l’Etat et les bonnes volontés pour se remettre de ce cauchemar. 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !