Le Burkina Faso, cinq ans après l′insurrection d’octobre 2014 | Arbre à palabre | DW | 31.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

Le Burkina Faso, cinq ans après l'insurrection d’octobre 2014

Les 30 et 31 octobre 2014, des milliers de Burkinabés ont pris d’assaut la rue pour empêcher leur président de l’époque, Blaise Compaoré, de changer la constitution pour se maintenir au pouvoir. Chassé du pouvoir, il a fui le pays qu’il a dirigé pendant 27 ans pour se réfugier en Côte d’Ivoire. Les avis sont partagés sur l'oeuvre de Blaise Compaoré, cinq ans après sa chute au forceps.

Écouter l'audio 42:51

Une semaine durant, fin octobre 2014, des milliers de Burkinabés ont battu le pavé pour s’opposer à la révision de la constitution souhaitée par Blaise Compaoré. Cette révision prévoyait la suppression de la limitation des mandats présidentiels qui aurait ouvert la voie à un autre mandat pour l’ancien président au pouvoir depuis plus d’un quart de siècle.

Le 31 octobre 2014, après avoir vainement tenté de calmer les esprits surchauffés de ses compatriotes, Blaise Compaoré décide de quitter le palais présidentiel de Kosyam à Ouagadougou en direction de la Côte d’Ivoire voisine, où il y vit depuis.

Blaise Compaoré Präsident Burkina Faso (AP)

L'ancien président Blaise Compaoré vit en exil à Abidjan depuis sa chute fin octobre 2014.

Cinq ans après cette insurrection populaire, comment se porte le pays des hommes intègres ?

C’est la question qu’Eric Topona a posée à ses invités sous l’Arbre à Palabre cette semaine. Il s'agit de:

- Élie Tarpaga, président des Comités de défense et d'approfondissement des acquis de l'insurrection populaire (CDAIP)

Désiré Boniface Somé, secrétaire en charge de l’orientation politique et idéologique de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) du chef de file de l’opposition Zéphirin Diabré.

Yves Millogo, premier secrétaire adjoint à la communication du CDP, le Congrès pour la démocratie et le progrès, le parti de l’ex-président Blaise Compaoré. 

Pour écouter le magazine, veuillez cliquer sur la photo (ci-dessus) !