Le blocage politique persiste à Madagascar | Afrique | DW | 23.05.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

Le blocage politique persiste à Madagascar

Vendredi, un sommet de la Communauté de développement d'Afrique australe devait statuer sur le sort de la Transition, en vue d'une reconnaissance du régime d'Andry Rajoelina. Mais, la réunion n'a pas permis d'avancer.

default

Andry Rajoelina, Président malgache

Plus de deux ans après le renversement de l'ancien président Marc Ravalomanana, l'ancien maire de la capitale Andry Rajoelina est toujours à la tête du régime de transition. Un régime sanctionné par l'Union africaine et suspendu des instances internationales. La crise politique qui dure cependant depuis début 2009 est-elle en train de se terminer ? Tout le monde l'espère, personne ne le croit vraiment.

Après de multiples tentatives de médiation de la SADC, la situation est aujourd'hui au point mort : vendredi, le sommet de l'organisation régionale a choisi de convoquer une nouvelle réunion des différentes parties : trois anciens présidents de la République, Ravalomanana, Ratsiraka et Zafy et le camp Rajoelina doivent se retrouver le plus tôt possible à Gaborone au Botswana. Une « dernière chance » pour que l'opposition se rallie au plan de sortie de crise, la feuille de route proposée par le médiateur de la SADC. Mais s'agit-il d'une réunion pour renégocier le texte, ou bien pour le signer sans amendements ? La SADC reste évasive sur ce point, et les interprétations s'affrontent dans les médias.

Marc Ravalomanana Präsident Madagaskar

L'ancien Président Marc Ravalomanana ne s'avoue pas vaincu

L'opposition veut renégocier, car la feuille de route en question fait la part belle à Andry Rajoelina. Elle le confirme comme chef de l'Etat jusqu'aux prochaines élections, et laisse à la discrétion du gouvernement l'autorisation de retour d'exil pour Marc Ravalomanana.

Plus question de revenir sur la feuille de route clame Andry Rajoelina. Le texte a été paraphé à Madagascar par des partis politiques pro-régime début mars. Le président de Transition ira à Gaborone s'il s'agit d'une cérémonie de signature, ce qui semble tout à fait improbable, vu la détermination de Marc Ravalomanana à rejeter ce texte.

Quoiqu'il en soit, Andry Rajoelina semble ne plus compter sur un accord politique avec son rival… Il l'a répété ces dernières semaines : les élections auront lieu cette année, et rien ne l'empêchera d'être candidat.

Auteur : Aline Ranaivoson
Edition : Georges Ibrahim Tounkara