Le bilan ? Mitigé ! | Vu d′Allemagne | DW | 05.02.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

Le bilan ? Mitigé !

Les quotidiens allemands d'aujourd'hui s'intéressent aux grèves dans le secteur public, au bilan des 100 jours de la coalition au pouvoir à Berlin et aux bénéfices de la Deustche Bank, la plus grande banque allemande.

default

À l'époque de l'alliance, on était tout sourire. Cent jours après le mariage, c'est plutôt la soupe à la grimace...

Josef Ackerman, Suisse de son état et chef de la Deustche Bank, a réussi sa conférence de presse, explique la Süddeutsche Zeitung. Témoignant de sa responsabilité sociale, il accepte le principe d'une régulation étatique souple du secteur et présente un système de bonus quasi acceptable pour ses courtiers.

Josef Ackermann Deutsche Bank Logo Bilanz Zahlen

Avec cinq milliards d'euros de bénéfices, la Deutsche Bank peut envisager l'avenir avec assurance...

Exemplaire, titre die Welt. Josef Ackermann rassure en présentant une gestion des risques qui n'a pas sa pareille dans le monde. Au vu de l'incertitude économique qui règne dans le monde, il est bon que la banque augmente ses fonds propres et réduise le dividende versé aux actionnaires. Le quotidien revient aussi sur la baisse dans les sondages de la popularité de la coalition noir-jaune. Et de critiquer l'attitude d'un Guido Westerwelle, numéro deux du gouvernement allemand, qui, après avoir lutté pour que son parti (le FDP, le parti libéral) retrouve sa place à la direction des affaires publiques, s'empresse de ne pas prendre la tête d'une grande réforme libérale du pays et va se nicher, peut-être par tradition, au Ministère des Affaires étrangères.

FDP Bundesvorsitzender Guido Westerwelle spricht am Freitag, 15. Mai 2009, auf dem FDP Bundesparteitag in Hannover.

Alors qu'il était dans l'opposition, Guido Westerwelle était plus déterminé qu'aujourd'hui à engager l'Allemagne dans une voie libérale...

La Frankfurter Allgemeine Zeitung analyse l'état de la coalition au bout du délai de grâce des cent jours avec la discorde survenue au sujet de la réforme du marché de l'emploi car le compromis du « jobcenter » dépendant à la fois des communes et de l'État a été jugé anticonstitutionnel par la Cour Constitutionnelle de Karlsruhe. Aujourd'hui, si la réforme proposée par la Ministre du Travail a le charme de ne pas exiger de modification de la constitution, c'est aussi un retour en arrière. Ici, la coalition montre à quel point elle ne se soucie guère de ses promesses électorales de simplication de procédures bureaucratiques. Elle oublie aussi à quel point son pouvoir dépend de l'avis des électeurs. La chute du SPD, le parti social-démocrate, autrefois au pouvoir, a commencé avec l'érosion de sa base électorale au niveau communal. Le quotidien revient aussi sur les grèves d'avertissement dans le secteur public.

Streik Öffentlicher Dienst

La grève d'avertissement lancée par les syndicats du secteur public doit faire plier les communes. Or, leurs caisses sont désespérement vides depuis longtemps...

Une action que la Frankfurter Rundschau analyse ainsi : un combat syndical se profile si le second round des négociations est un échec. Il est pourtant urgent de l'éviter et d'obtenir rapidement un résultat concret. De fait, dans le passé, en termes de hausse du pouvoir d'achat, les employés du secteur public ont été plus mal lotis que ceux du secteur privé. Mais en temps de crise, la demande intérieure a aussi bien besoin d'être stimulée. Une augmentation salariale mesurée apparaît évidente. Donc, que les deux parties fassent des propositions concrètes négociables et, si la raison l'emporte, l'augmentation accordée pourrait atteindre les trois pour cent.

  • Date 05.02.2010
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/LtXj
  • Date 05.02.2010
  • Auteur Christophe Lascombes
  • Imprimer Imprimer cette page
  • Permalien https://p.dw.com/p/LtXj
Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !