L′avenir flou de Hama Amadou rentré au Niger | Afrique | DW | 17.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

L'avenir flou de Hama Amadou rentré au Niger

Le chef de file de l'opposition est rentré jeudi, officiellement pour se rendre sur la tombe de sa mère. De nombreuses questions quant à son avenir personnel et politique se posent désormais.

Accusé de complicité dans un trafic international de bébés et condamné à un an de prison ferme, Hama Amadou, l'opposant au président Issoufou Mahamadou, a regagné le pays le14 novembre en début de soirée, après trois ans d'exil entre Paris et Cotonou. 

Celui-ci risque la prison puisqu'il avait été condamné pour trafic d'enfants avant de partir en France en 2016. Son retour suscite désormais beaucoup d'interrogations sur la réaction de l'Etat nigérien. 

Pour l'heure, Hama Amadou a foulé le sol du territoire nigérien jeudi en début de soirée sans être inquiété, en dépit du mandat d'arrêt dont il fait l'objet. De l'aéroport, il s'est directement rendu au cimetière où il s'est recueilli sur la tombe de sa mère en compagnie de certains de ses fidèles compagnons.

Certaines sources indiquent que le retour de Hama Amadou aurait été rendu possible grâce à la médiation des institutions internationales, parties prenantes au dialogue politique entamé pour sortir le Niger de la crise politique qui le secoue, et ce en prélude aux élections générales de 2021. 

Des élections pour lesquelles Hama Amadou est déclaré candidat du Moden Loumana Africa, son parti, en dépit du fait que, suite à sa condamnation, selon le code électoral controversé adopté par l'Assemblée nationale, Hama Amadou n'est plus éligible et est déchu de ses droits civiques.

Quel avenir politique ?

Beaucoup s'interrogent aujourd'hui sur l'avenir de Hama Amadou en politique. Quel sera son sort face à la justice après la période de deuil ? Des rumeurs font état d'un accord secret entre lui et le régime de Niamey pour le laisser libre alors que ses co-accusés, dont son épouse, ont purgé leur peine. 

Des spéculations corroborées par l'ambiance qui règne au domicile de Hama Amadou depuis son retour. Outre les militants de son parti, on assiste à la visite de nombreuses personnalités politiques de tous bords politiques confondus. C'est ainsi qu'on a pu noter la visite du Haut représentant du président de la République et président du MNSD Nassara, Seini Oumarou, et du ministre de la Renaissance culturelle, Assoumana Malam Issa, du parti au pouvoir.

Malgré tout, à l'issue de son deuil, Hama Amadou devrait se rendre de lui-même à la justice pour purger les huit mois de prison qu'il lui reste à passer. Il pourrait aussi être gracié par le président de la République dans l'optique de la décrispation du climat politique très tendu.