L′Allemagne prépare des milliers d′évacuations d′Afghanistan | International | DW | 16.08.2021
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

L'Allemagne prépare des milliers d'évacuations d'Afghanistan

Le retour des talibans jusque dans l'enceinte du palais présidentiel complique les opérations. L'Allemagne veut mettre en place un pont aérien.

La Bundeswehr envoie des avions à Kaboul pour sécuriser les évacuations tant que possible

La Bundeswehr envoie des avions à Kaboul pour sécuriser les évacuations tant que possible

En tout, plus d'une centaine de ressortissants allemands, ainsi que près de 2.000 employés afghans qui ont travaillé avec l'Allemagne ces dernières années, doivent être évacués au plus vite du pays – d'abord par avion militaire jusqu'au Tadjikistan voisin, puis vers l'Allemagne à bord d'avions civils.

L'opposition allemande dénonce la lenteur de réaction du gouvernement Merkel.

La carte ci-dessous montre les zones désormais sous contrôle des talibans en Afghanistan (en bleu foncé). Les zones en gris sont contrôlées par le gouvernement et les zones bleu clair sont celles où les deux parties s'affrontent :

Infografik Wer kontrolliert Afghanistan EN

La Bundeswehr de retour à Kaboul

Les députés du Bundestag doivent valider l'envoi d'une mission de l'armée en Afghanistan, le gouvernement allemand devant détailler mercredi (18.08) son plan de "pont aérien".

Berlin espère pouvoir terminer ces évacuations d'ici le 31 août, grâce à l'appui d'une équipe de 80 personnes environ qui resteraient sur place pour piloter les opérations.

Déjà, dans la nuit de dimanche à lundi, une quarantaine de membres du personnel de l'ambassade d'Allemagne ont pu être évacués vers Doha.

Lundi matin, à l'aéroport de Kaboul

Lundi matin, à l'aéroport de Kaboul

La chancelière allemande parle d'"heures amères" en Afghanistan et de la nécessité d‘appuyer "les Etats voisins et l'ensemble de la région."

Heiko Maas, son ministre des Affaires étrangères, s'est adressé dimanche soir (15.08) à la presse :

"Nous faisons actuellement tout ce qui est en notre pouvoir pour permettre à nos concitoyens et aux anciens membres du personnel local de partir dans les prochains jours. Toutefois, les circonstances dans lesquelles cela pourrait se produire sont difficiles à prévoir à l'heure actuelle. C'est pourquoi nous sommes en contact étroit avec les Etats-Unis et d'autres partenaires internationaux et nous avons convenu de nous soutenir mutuellement dans les mesures d'évacuation des prochains jours. Nous avons aidé les autres, de même que nous accepterons leur aide."

Les premiers parachutistes allemands et des avions équipés de protection anti-missile ont décollé ce matin (16.08)

"C'est une mission dangereuse pour nos soldates", a twitté le ministère allemand de la Défense. La Bundeswehr avait terminé son retrait après 20 ans de mission dans le pays au mois de juin dernier.

Les critiques de la classe politique allemande

A un peu plus d'un mois d'élections législatives cruciales, l'opposition allemande critique la réaction du gouvernement.

Un membre éminent du parti libéral (Alexander Graf Lambsdorff, FDP) estime que les autorités ont "échoué sur toute la ligne".

Norbert Röttgen, pourtant membre de la CDU d'Angela Merkel, déplorait aussi il y a quelques jours chez nos confrères du Deutschlandfunk que rien n'aurait été entrepris pour contrer les talibans :

"Ne rien faire aura des conséquences. Il y aura une guerre civile durable et les gens fuiront, pas seulement par centaines de milliers, mais par millions. Il y aura une délégitimation rétrospective de la politique étrangère de l'Otan, des Etats-Unis et de l'Allemagne si cela se termine ainsi après 20 ans. […] Ce sont nos intérêts qui sont en jeu."

Photo prise dimanche 15 août : des talibans dans le palais présidentiel à Kaboul

Photo prise dimanche 15 août : des talibans dans le palais présidentiel à Kaboul

Des réfugiés qui viendront en masse vers l'Allemagne, la candidate des Verts à la chancellerie, Annalena Baerbock en prévoit aussi. Les écologistes ne comprennent pas comment le gouvernement allemand a pu se laisser "surprendre" à ce point par les talibans. Ils réclament une réunion de la commission parlementaire sur l'action des services de renseignement.

A gauche, Die Linke dénonce la mise en danger "scandaleuse" de nombreuses vies d'Afghans qui ont aidé l'Allemagne."Faites sortir ces gens [du pays] !", s'exclame la présidente du parti sur Twitter.

L'AfD se prononce aussi en faveur de l'accueil de ces employés afghans qui sont en "danger de mort".

Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent demain (17.08) pour évoquer la nouvelle donne en Afghanistan.

Inquiétudes sur les droits humains

Des ONG enjoignent instamment à "ne pas oublier les femmes et les jeunes filles" lors des évacuations.

Plusieurs médias allemands, dont la DW, ont publié une lettre ouverte au gouvernement d'Angela Merkel pour lui demander d'"agir rapidement". La situation est telle dans le pays que non seulement les activités mais aussi la vie des journalistes et du personnel local qui les a aidés ces dernières années sont en danger. Les signataires du courrier écrivent : 

"Après le retrait des troupes internationales, et aussi des troupes allemandes, les inquiétudes grandissent de voir des actes de représailles menés par les talibans à l'encontre du personnel qui travaille pour [nos médias]". Plusieurs dizaines de journalistes et photographes de presse ont été assassinés ces dernières semaines dans le pays.