Laisser dormir le pétrole de Yasuni | Coupe du monde de football 2018 | DW | 11.11.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Mondial 2018

Laisser dormir le pétrole de Yasuni

En Équateur, le gouvernement a décidé de laisser une partie des réserves pétrolières dans le sous-sol, à condition que la communauté internationale propose une compensation financière. Reportage dans le parc de Yasuni.

default

Du pétrole en pleine forêt amazonienne

Lorsque l'on traverse en bateau le parc national Yasuni, un espace traversé de rivières, la forêt amazonienne semble intacte et immense. Il faut dire que nous sommes ici dans la région qui abrite la biodiversité la plus riche du monde. Une biodiversité en danger, puisque le sol amazonien renferme à cet endroit 920 millions de barils de pétrole. Rafael Correa, le président équatorien, a décidé de renoncer à cette ressource, moyennant finance :

« Financièrement parlant, la décision la plus rentable serait d'exploiter le pétrole, ce qui nous rapporterait 14 milliards de dollars. Et cet argent, nous en avons besoin pour construire des hôpitaux, des écoles, pour construire des routes et développer notre agriculture. »

Compenser le manque-à-gagner

L'idée est donc la suivante : pour ne pas exploiter son pétrole, l'Équateur demande à la communauté internationale une compensation équivalente à la moitié du manque-à-gagner estimé pour le pays, soit 3,6 milliards de dollars jusqu'en 2024. Le pétrole représente 30% du budget national, et l'Équateur est un pays en développement. Par ailleurs, il s'agit aussi de protéger les populations indigènes qui vivent de la forêt. Manuela Ima est la représentante de la tribu des Y-rah-knee :

Yasuni National Park Ecuador

Des habitants du parc national de Yasuni

« Nous avons des frères et des sœurs de par le monde qui ne veulent pas que nous mourrions à cause des maladies et de la pollution. Nous nous battons contre cela et nous voulons protéger nos forêts pour le bien de tous. »

Plus de 400 millions de tonnes de CO2 en moins

Les États ne se sont tout d'abord pas bousculés pour contribuer à un fonds créé en août 2010 et administré par les Nations unies. Mais les choses semblent se débloquer actuellement, notamment grâce à une contribution de l'Italie et celle d'une banquière privée. Le Chili, la Colombie et le Pérou vont participer également à raison de plusieurs centaines de milliers de dollars.

Cette initiative, première du genre, s'appelle « Yasuni-ITT », ITT qui sont les initiales des trois champs pétroliers qui ne seront donc pas exploités. Le Protocole de Kyoto s'est fixé pour objectif la réduction des émissions de dioxyde de carbone. L'initiative « Yasuni-ITT » éviterait l'émission de 410 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère, en laissant le pétrole sous terre.

Écouter l'audio 01:53
Now live
01:53 min

Écoutez le reportage dans le parc de Yasuni, en Équateur

Audios et vidéos sur le sujet