L′Afrique du Sud sous le choc après le massacre de Marikana | Archives Afrique | DW | 17.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Archives Afrique

L'Afrique du Sud sous le choc après le massacre de Marikana

La police sud-africaine a ouvert le feu sur des employés en grève. Ces derniers protestent, depuis le 10 août dernier, pour obtenir des hausses de salaire, ainsi que de meilleures conditions de vie et de travail.

Suite à ces violences, le président sud-africain a écourté son séjour à Maputo pour se rendre sur les lieux. Jacob Zuma devait assister, dans la capitale mozambicaine, au sommet de la SADC, la Communauté de développement de l'Afrique australe.

Il faut dire l'opération policière est l’une des plus sanglantes depuis la fin de l’apartheid en 1994.
La police scientifique sud africaine, elle, a débuté ses investigations sur les circonstances de la tragédie. Prés du lieu du drame, dans des misérables baraquements, vivent les familles des grévistes. Consternées, elles, chantent des chants de l'époque de la lutte contre l'apartheid.

Mais, comment expliquer que, dans un pays démocratique comme l'Afrique du Sud, la police ouvre le feu sur des manifestants ? Achille M'Bembé tente de répondre à cette question. Il est professeur d'histoire et de sciences politiques à l'Université de Witvatersrand de Johannesburg.

Par ailleurs, Paul-Simon Handy, directeur de recherche à l'Institut d'Etudes de Sécurité de Pretoria en Afrique du Sud, analyse la tension qui prévaut dans le pays.

Écouter l'audio 02:03
Now live
02:03 min

"Au cours des trois dernières années, on a assisté à une quasi-militarisation de la police" (Achille M'Bembé)

Audios et vidéos sur le sujet