L′Afrique dans la presse allemande | Vu d′Allemagne | DW | 07.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

L'Afrique dans la presse allemande

À la Une des journaux allemands, l’interpellation du président de la Fédération africaine de football Ahmad Ahmad jeudi à Paris. Ainsi que la suspension du Soudan par l’Union africaine.

Selon la Süddeutsche Zeitung, l’évènement a été moins spectaculaire cette fois. Il n’y avait pas les caméras du monde entier comme c’était le cas il y a quatre ans à Zurich, lorsque la police cantonale a investi un hôtel de luxe en vue d’arrêter sept hauts fonctionnaires de la Fédération mondiale de football.

Jeudi matin, à 8 h 30, la police française est arrivée au chic hôtel Berry, dans le 8e arrondissement de Paris, où le président de la Fédération africaine de football, Ahmad Ahmad, séjournait en marge du congrès de la FIFA qui a vu la réélection de Gianni Infantino au poste du président.

Pour le quotidien munichois, le soupçon demeure le même dans ce milieu : la corruption.

Or, la veille, le président réélu de la FIFA avait annoncé la fin des pratiques douteuses dans le foot. "Il n'y a plus de possibilités pour la corruption. C'est tolérance zéro ! Ce qui s'est produit ne doit plus se répéter", avait prévenu mercredi Gianni Infantino, président de la FIFA avant sa réélection, évoquant les scandales passés de l'ère Sepp Blatter, son prédécesseur.

La garde à vue du patron du foot africain devant l'Office anti-corruption en France a été finalement levée sans poursuite mais l’affaire n’est pas encore finie, avertit le journal.

L'Union africaine suspend le Soudan

 Pour die Tageszeitung, l'Union africaine a pris des mesures fortes contre l’un de ses pays membres, le Soudan, et appelle à un gouvernement civil dans ce pays.

À la suite de la répression brutale du mouvement de protestation par l'armée, l'UA a suspendu le pays.

La participation du Soudan à toutes les activités de l’organisation a été suspendue avec effet immédiat jusqu'à la mise en place effective d'un gouvernement civil de transition, seule solution à la crise actuelle au Soudan, a annoncé jeudi le Conseil de sécurité de l'Union africaine.

Lors d'une conférence de presse à Addis-Abeba, le président du Conseil Paix et sécurité, Patrick Kapuwa, a déclaré que le Conseil "sanctionnerait automatiquement les individus et les entités ayant entravé la création d'une autorité civile".

Pour la Taz, l'Union africaine assimile le comportement des dirigeants militaires au Soudan à un coup d'Etat – c’est généralement la raison pour une suspension d'un pays membre rappelle le quotidien de Berlin.

La peur règne à Khartoum, a titré la Frankfurter Allgemeine Zeitung. Pour la Faz, le conseil militaire a opté pour la violence pour mettre fin au mouvement de contestation à la fin du mois du jeûne de Ramadan.

Le quotidien de Francfort craint un éventuel conflit entre l'armée et les Forces de soutien rapide, les RSF. Une force paramilitaire accusée d’avoir commis les crimes. Ce qui pourrait conduire à une guerre civile.

Toutefois, pour ce quotidien, les massacres de la fin du mois de ramadan et les indignations suscitées pourraient aussi conduire à la dissolution définitive de cette milice.

 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !