La valeur historique et émotionnelle de Notre-Dame de Paris | International | DW | 16.04.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La valeur historique et émotionnelle de Notre-Dame de Paris

La France est toujours sous le choc au lendemain de l’incendie qui a ravagé une partie de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Les messages de soutien affluent du monde entier.

Pour les Français, ce joyau architectural vieux de près de 1000 ans est un symbole inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO en 2000. La cathédrale est visitée chaque année par en moyenne 14 millions de touristes du monde entier, loin devant la Tour Eiffel, ce qui en fait le monument historique le plus visité d'Europe.

Aussi, Notre-Dame de Paris est gravée dans le cœur des Français et intrinsèquement liée à leur histoire. C’est là qu’a été annoncé le 24 août 1944 la libération du joug nazi.

C'est toujours dans cette enceinte qu’ont été célébrés, 26 ans plus tard, les obsèques du général Charles de Gaulle, l’icône de la résistance française contre l’invasion allemande.

Par ailleurs, Notre-Dame de Paris n’est pas seulement un lieu sacré pour les chrétiens. Au fil des années, elle est devenue la paroisse de la Nation, un endroit de rassemblement et de recueillement lors de grandes catastrophes nationales en France, a expliqué Olivier Bobineau, sociologue des religions.

De l'émotion à la reconstruction

L'incendie qui a duré une quinzaine d'heures a causé beaucoup de dégâts. La flèche de l'édifice, haute de 93 mètres, s'est effondrée. Une bonne partie du toit a été réduite en cendres. Les deux beffrois, qui abritent les cloches, ont en revanche été épargnés.

Le président français Emmanuel Macron a dit dans une très courte allocution télévisée vouloir que la cathédrale soit rebâtie "d'ici cinq années".

Avant cette intervention, près de 800 millions d’euros de dons avaient déjà été engrangés dans la journée en vue de cette reconstruction.

Les dons ont été essentiellement offerts par les grandes fortunes de France. Par exemple, la famille Pinault a promis 100 millions d'euros, suivie par le groupe LVMH et la famille Arnault, première fortune de France, qui a annoncé un don de 200 millions. Ils ont été rejoints par la famille Bettencourt-Meyers et le groupe L'Oréal avec 200 millions d'euros. Pour sa part,  Total a annoncé un "don spécial" de 100 millions d'euros.

De son côté, la maire de Paris Anne Hidalgo a annoncé vouloir organiser "dans les prochaines semaines, une grande conférence internationale des donateurs".

La vague de soutien est aussi venue de l'étranger. Au Royaume-Uni, la Première ministre a annoncé que les cloches des églises résonneraient en "solidarité avec la France". Theresa May a également offert "l'expertise" britannique pour la construction de la cathédrale.

En Afrique, le roi de Krindjabo, capitale du royaume du Sanwi, dans le sud-est de la Côte d'Ivoire, a lui aussi annoncé vouloir faire un don pour la reconstruction, car dans les années 1700, Louis Aniaba, un prince du royaume, y avait été baptisé.

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !