La Suède a la gueule de bois | International | DW | 20.09.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Suède a la gueule de bois

Les élections législatives se sont soldées par l'émergence des Démocrates de Suède, un parti ouvertement anti-étranger qui fait son entrée au Parlement. Ce nouveau parti se trouve désormais en position d’arbitre.

Le Premier ministre Fredrik Reinfeldt va devoir constituer une difficile coalition

Le Premier ministre Fredrik Reinfeldt va devoir constituer une difficile coalition

La coalition de partis conservateurs sur laquelle s'est appuyée jusqu'alors le Premier ministre Fredrik Reinfeldt est certes arrivée largement en tête, avec 49,3% des suffrages, mais elle a manqué de trois sièges la majorité absolue au Parlement qui seule lui permet de gouverner. Et ceci à cause de ce nouveau parti qui se fait appeler les Démorates de Suède et qui, avec 5,7% des voix, a taillé des croupières sur la droite de la coalition gouvernementale.

Car ce parti surfe sur le sentiment xénophobe en général et anti-musulman en particulier qui est perceptible un peu partout en Europe et vient désormais de toucher la Suède qui était jusqu'alors épargnée. « J'ai été clair. Nous n'allons pas coopérer ou être dépendants des Démocrates de Suède », a déclaré Fredrik Reinfeldt. « Nous avons désormais la responsabilité de trouver un soutien plus large et pour cela, nous sommes prêts à discuter avec les Verts. J'attends de leur part une attitude tout aussi responsable dans cette situation."

Démonstration contre le parti d'extrême-droite Démocrates de Suède jeudi dernier à Stockholm

Démonstration contre le parti d'extrême-droite Démocrates de Suède jeudi dernier à Stockholm

Fin d'un modèle

Au lendemain du scrutin - à l'exception bien entendu des 5,7% des électeurs qui ont voté pour les Démocrates – les Suédois avaient la gueule de bois, encore ébahis de constater qu’ils enregistrent à leur tour et à l’image de leurs voisins scandinaves l’émergence d’un parti d’extrême-droite. C'est ce qui apparait d'ailleurs dans la presse suédoise qui regrette la fin d'un modèle : celui de la sociale-démocratie à la Suédoise puisque les sociaux-démocrates qui ont largement dominé la vie politique depuis 1932 ont enregistré une défaite historique.

Mais aussi la fin d'un pays égalitaire et tolérant qui, face à la crise économique et aux difficultés d'intégrer les populations migrantes, se comporte comme les autres : en donnant des voix à une extrême-droite qui est désormais beaucoup plus policée, en apparence presque fréquentable, et qu'on retrouve un peu partout sur le continent comme par exemple en Italie, aux Pays-Bas, en Belgique ou en France.

Auteur : Jean-Michel Bos

Edition : Marie-Ange Pioerron

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !