La société civile irritée par les négociations climatiques | International | DW | 02.12.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La société civile irritée par les négociations climatiques

Suite, à Durban, de la conférence des Nations Unies sur le changement climatique. La coalition de la société civile s'inquiète de l'immobilisme des négociations sur un nouvel accord contraignant pour l'après-Kyoto.

default

Les négociations achoppent sur refus des Etats-Unis, du Canada et de la Chine d’accepter, dans l’immédiat, un nouvel accord contraignant. Pour faire avancer les discussions, l’Europe propose un nouveau traité qui prendrait le relais d’un protocole de Kyoto prolongé « jusqu’en 2018 ou 2020 ».

Nkoana Mashabane, présidente élue de la Conférence

Nkoana Mashabane, présidente élue de la Conférence

Tout porte à croire qu’ici à Durban, aucun accord ne sera trouvé pour combler le vide après l’expiration du protocole de Kyoto, l’année prochaine. Et cela inquiète les membres de la société civile, surtout africaine, pour qui Durban ne doit pas être le « cimetière de Kyoto ». Des milliers d’activistes sont attendus demain à Durban. Ces derniers ont décidés de rejoindre à pied, la grande ville portuaire de Kwazulu-Natal.

Agacés eux aussi par la lenteur des négociations, les représentants des Etats africains demeurent eux prudents et espèrent trouver un consensus à la fin des discussions. Les petits Etats insulaires se sont joints à eux. Ces Etats menacés de disparition par la montée du niveau des océans, fustigent les déclarations de certains pays (y compris l’Europe), suggérant qu’un accord global pourrait attendre 2018, voire un peu plus tard.

Auteur : Kossivi Tiassou
Edition : Sandrine Blanchard, Anne Le Touzé

Audios et vidéos sur le sujet

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !