La situation en Thailande reste préoccupante | International | DW | 27.11.2008
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La situation en Thailande reste préoccupante

La tension monte à Bangkok. Les deux principaux aéroports de la capitale sont bloqués par des milliers de manifestants anti - gouvernementaux.

default

Manifestants anti-gouvernementaux sur l'aéroport international Suvarnabhumi à Bangkok

Le Premier ministre refuse toujours de démissionner et d'organiser des élections anticipées, comme l’ exige le commandant en chef de l'armée thaïlandaise.

Après le refus du Premier ministre Somchai Wongsawat de satisfaire cette demande de l’armée, les principaux chefs militaires des Armées de Terre, de l'Air et de la Marine ont débattu la nuit dernière de l'opportunité d'intervenir dans la crise politique. Certains observateurs craignent qu’un coup d’Etat militaire ne mette fin au bras de fer qui oppose le gouvernement en place et l’opposition de la PAD, l’Alliance du Peuple pour la Démocratie. L’Alliance accuse l’actuel chef de gouvernement d'être l'homme de paille de son beau-frère Thaksin Shinawatra, ex-Premier ministre renversé par l’armée en 2006 et qui vit aujourd’hui en exil.

Lors d’une réunion de crise de son gouvernement ce jeudi à Chiang Mai dans le nord du pays, Somchai Wongsawat a appelé l’armée à ne pas intervenir. Il a par ailleurs démenti les rumeurs selon lesquelles il envisagerait de limoger le chef d'état-major de l'armée, Anupong Paojinda. De son côté le général a assuré ne pas avoir l'intention de faire un coup de force. Selon lui, cela ne réglerait rien, deux ans après le coup d'Etat qui a renversé Thaksin Shinawatra.

Cependant le général Anupong Paojinda a ordonné aux manifestants anti-gouvernementaux de mettre fin à leurs actions et d'évacuer dans les plus brefs délais l'aéroport international Suvarnabhumi de Bangkok bloqué pour le troisième jour consécutif. Une exigence également formulée par le tribunal civil de la capitale thailandaise, au nom de la liberté de mouvement et des droits fondamentaux.

Tous les vols ont été annulés et plusieurs milliers de touristes étrangers restent bloqués dans la capitale. Entretemps, l'aéroport de Don Mueang qui accueille lui les vols intérieurs est aussi occuppé par les manifestants. Le responsable de l’aviation thaïlandaise a proposé ce jeudi aux compagnies aériennes nationales et internationales d'utiliser la base de l'aéronautique navale d' U-Tapao à 140 kilomètres au sud-est de Bangkok. De nombreux pays, dont l’Allemagne, déconseillent à leurs ressortissants de se rendre en Thaïlande actuellement.

Le Premier ministre Somchai Wongsawat a entretemps proclamé l’état d’urgence sur les deux aéroports de la capitale jusqu’à ce que l’ordre public y ait été rétabli.

En raison de la situation politique très tendue , le ministre thailandais des Affaires étrangères Sompong Amornwiwat envisage de reporter le sommet de l’ASEAN, l'Association des Nations d'Asie du Sud-Est, prévu du 14 au 17 décembre prochain...

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !