La Russie s′installe en Centrafrique, inquiétudes de la France | Arbre à palabre | DW | 21.12.2018
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

La Russie s'installe en Centrafrique, inquiétudes de la France

Fourniture d'armes, formation de soldats centrafricains, médiations parallèles, conseil et protection de la présidence, le tout soutenu par l'espèce sonnante et trébuchante : la Russie a multiplié ses engagements bilatéraux en Centrafrique au grand dam de la France l'ancienne puissance coloniale. Mais qu'est-ce qui suscite tout cet engagement au chevet de la Centrafrique ? 

Écouter l'audio 25:45
Now live
25:45 min

La Centrafrique occupe la 188ème place sur les 189 dans l'indice de développement humain de l'ONU en date du 14 septembre 2018. Le pays peine toujours à sortir d'un cycle de violences, en dépit des initiatives de désarmement et de dialogue entre les gouvernements successifs et les groupes armés.

 

La France supplantée par la Russie

L'insécurité reste ambiante malgré la présence des casques bleus de l'ONU qui appuient les forces armées centrafricaines et la présence militaire certes amoindrie de la France. Mais un acteur fait dernièrement son entrée sur scène. La Russie a multiplié ses engagements bilatéraux en Centrafrique avec des livraisons d'armes et des initiatives diplomatiques dans le but affiché d'aider à la stabilisation du pays en partie occupé par des groupes armés.

L'opinion centrafricaine divisée

Une entrée en force qui finit par agacer la France, ancienne puissance coloniale. Cette intervention de la Russie, ajouté à la curieuse histoire de l'ex-tennisman allemand Boris Becker que le président centrafricain Touadera a choisi pour être son attaché, suscite des interrogations sur les raisons de cet intérêt des deux puissances pour la RCA. Pour en discuter, Fréjus Quenum reçoit :

- El Hadj Dieudonné Abacar Nyakanda, ancien Haut commissaire aux droits de l'homme et à la bonne gouvernance en Centrafrique,
- Nestor Constant Mathurin Momet, Directeur de publication du journal centrafricain "Le Confident",
- et Mwayila Tshiyembe, professeur de Sciences politiques et Directeur de l'institut panafricain de géopolitique de Nancy