La rentrée universitaire repoussée au 14 janvier en RDC | Afrique | DW | 07.01.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La rentrée universitaire repoussée au 14 janvier en RDC

Pas de cours pour les étudiants congolais avant la mi-janvier. Reportage à Goma où la mesure n'est pas appréciée.

En République démocratique du Congo, le ministre en charge de l'Enseignement supérieur et universitaire a repoussé au 14 janvier la reprise des cours sur toute l'étendue du territoire national. La décision survient alors que les Congolais attendent la proclamation des résultats des élections présidentielles et législatives. 

Universités publiques fermées

A Goma, les cours n'ont pas repris ce lundi dans les universités publiques. C'est le ministre de l'Enseignement supérieur qui l'a décidé. Motif avancé: préserver les étudiants "contre toute forme de manipulation politicienne".

Adelard Mambuya, enseignant en journalisme à Kinshasa, est en séjour à Goma. Selon lui, la mesure pénalise le bon déroulement de l'enseignement, même s'il en comprend la nécessité. Il reconnaît que "parfois on entraine les étudiants dans des marches, on les entraîne dans la revendication. Parfois c'est pour la bonne cause, mais parfois aussi c'est pour des troubles qui ne sont pas acceptables par la communauté.".

Des cours dans le privé

Dans les institutions privées, la mesure n'est toutefois pas totalement respectée. Des étudiants ont pu suivre certains cours. Dans ces établissements, la mesure prise par le ministre est critiquée ; ses conséquences fâcheuses sont évoquées. 

Blaise Wambana Ngetutala est enseignant à l'Institut supérieur des techniques de  gestion des affaires de Goma. Il explique que "quand vous prévoyez que quelqu'un doit faire par exemple 300 jours pour finir l'année et que sur les 300 jours vous soustrayez sept jours, vous voyez que déjà ça va perturber. Et le volume horaire des cours sera aussi perturbé parce que nous n'allons pas arrêter le temps."

Côté étudiants, pas d'unanimité sur la question

Pour certains, les milieux académiques sont apolitiques et rien ne devrait justifier la suspension des cours, même en période électorale.

Pour d'autres, le risque de manipulation des étudiants est une réalité en République démocratique du Congo. Angèle Baswa pense qu'effectivement "comme [les étudiants aussi attendent] la proclamation des résultats et si ce n'est pas la personne que nous attendons, si ce n'est pas elle qui est proclamée, il y aura des réactions ici et là."

La majorité des habitants interrogés dans la région de Goma dit aspirer à un changement politique.

 

La rédaction vous recommande

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !