La rentrée des étudiants étrangers compromise en Allemagne // Boom des demandes de double nationalité depuis le Brexit | Vu d′Allemagne | DW | 19.08.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La rentrée des étudiants étrangers compromise en Allemagne // Boom des demandes de double nationalité depuis le Brexit

À deux mois de la rentrée universitaire en Allemagne, de nombreux étudiants étrangers ont du mal à obtenir de leur université le "certificat de présence" désormais nécessaire pour demander un visa. // Depuis le Brexit, des dizaines de milliers de Britanniques ont déposé une demande de nationalité d'un pays européen.

Écouter l'audio 12:34

Plus de 80.000 étudiants ont quitté l’Allemagne en avril, quand les universités ont fermé leurs portes en raison de la pandémie de coronavirus. Quelques mois plus tard, les restrictions de voyage ont pour la plupart été levées ou assouplies. Les étudiants en cours d’étude peuvent donc, en théorie, revenir en Allemagne pour retrouver les bancs de l’université après l’été.

Sauf que depuis début juillet, l’Allemagne réclame aux étudiants de pays hors Union européenne un “certificat de présence” de leur université pour leur dossier de demande de visa. Et comme certains établissements ont prévu de dispenser leurs cours à distance pour limiter la propagation du virus qui est toujours en circulation en Allemagne, l’obtention de ce précieux papier n’est pas une évidence pour tout le monde.

Les amphithéâtres des universités allemandes, comme celle de Stuttgart, sont vides depuis le début de la pandémie

Les universités allemandes envisagent pour la plupart un mélange de cours présentiels et de cours en ligne

Deux mois avant la reprise des cours à l’université, l’Union fédérale des étudiants internationaux en Allemagne a reçu de nombreux mails d’étudiants désespérés. Son président, Kumar Ashish, ne comprend pas la nouvelle réglementation.

"À partir du moment où vous êtes admis dans une université, vous êtes censé être présent. C’est la même chose aux États-Unis: c’est le droit de l’étudiant, s’il est admis, d’être présent et personne ne peut lui refuser un visa.”

Les États-Unis, justement, avaient créé la polémique en juillet en annonçant ne pas accorder de visa aux étudiants étrangers dont les universités ont adopté provisoirement les cours en ligne. Le ministère allemand de l’Éducation avait fait part de son indignation.

Mais une question au gouvernement, posée par le groupe parlementaire écologiste au Bundestag, a révélé que la politique allemande en matière de visa n’est pas vraiment différente. Le député écologiste à l’origine de la question, Kai Gehring, dénonce le double discours du gouvernement.

“Je trouve cela absurde et déconcertant. Il est urgent que les ministres de l’Éducation et des Affaires étrangères fassent des modifications. Il ne faut pas que les étudiants et les chercheurs internationaux soient confrontés à des obstacles bureaucratiques stupides, car en temps de crise surtout, les échanges et la mobilité sont indispensables.”

Car faire ses études en Allemagne, ce n’est pas seulement suivre des cours à l’université. La découverte de la culture et de la société allemande sont tout aussi importantes pour les jeunes étrangers tout comme pour les jeunes Allemands qui les côtoient.

Le temps des études est aussi celui des rencontres et des échanges

Le temps des études est aussi celui des rencontres et des échanges

Le gouvernement allemand, quant à lui, s’est défendu lors d'une conférence de presse hebdomadaire, en assurant qu’il n’y aurait pas d’expulsion d’étudiants étrangers. Mais ce n’est pas un argument suffisant pour Kumar Ashish, de l’association des étudiants internationaux. Il voit une solution très simple au problème:

"Le gouvernement allemand ne veut pas que les étudiants qui viennent en Allemagne apportent avec eux le coronavirus, mais il est facile pour eux de faire un test.Et si le test est négatif, il ne devrait y avoir aucun problème pour le droit à l'éducation".

Pas de visa pour les études à distance

De son côté, l’Office allemand d’échanges universitaires estime qu’il n’y a pas lieu de s’alarmer. Le nombre d’étudiants concernés est assez limité, du moins à l'heure actuelle, explique Michael Flacke, du DAAD:

"Pour l’instant, les universités prévoient au semestre d’hiver des cours en ligne et des cours présentiels, et pour ce “mix” les étudiants étrangers hors Union européenne devraient être autorisés à venir.”

Michael Flacke rappelle aussi que les étudiants inscrits à des cursus à distance n’ont jamais pu obtenir de visa pour l’Allemagne.

"Bien sûr on peut étudier à distance dans une université allemande, cela marche bien en Allemagne, mais pour l’instant on ne délivre pas de visa pour des études qui ont lieu uniquement en ligne. En tant que DAAD, nous espérons que si le processus se complique au cours du semestre d’hiver, à cause de la pandémie, on réexamine la question.”

Pour les étudiants dont les universités proposent un mix de cours présentiels et en ligne, le DAAD conseille de demander au plus vite le précieux “certificat de présence”.

Mais au vu de l’évolution du virus et de la deuxième vague attendue à l’automne, Michael Flacke recommande aussi la prudence aux étudiants qui prévoient de venir en Allemagne en octobre pour la rentrée universitaire. 

Sujet réalisé par Douglas Elliot.

Le Brexit booste les demandes de double nationalité au Royaume-Uni

De nombreux Britanniques ne veulent pas perdre les avantages d'une citoyenneté européenne

De nombreux Britanniques ne veulent pas perdre les avantages d'une citoyenneté européenne

En plus d’une gestion désordonnée de la Covid-19, le pays est désormais confronté à sa pire crise économique depuis les années 1970. Les habitants ont peu de ressources et de plus en plus de personnes diplômées envisagent de s’expatrier… D’autant plus que le phénomène est aggravé par les conséquences du Brexit.

Cela pousse des dizaines de milliers de Britanniques à demander une autre nationalité, le plus souvent irlandaise, car il suffit d’avoir un grand-parent originaire de l’île pour avoir droit au passeport.

Mais les citoyens européens cherchent aussi à obtenir la nationalité britannique pour s’assurer de poursuivre une vie normale en Grande-Bretagne. Une course aux doubles nationalités qui entraînent aussi de nouveaux mouvements de migration…

Un reportage de notre correspondante Mélissa Chemam

Vu d’Allemagne est un magazine radio hebdomadaire, proposé par Hugo Flotat-Talon et Anne Le Touzé, diffusé le mercredi et le dimanche à 17h30 TU, et disponible aussi en podcast. Vous retrouvez tous les numéros dans la médiathèque, à écouter en ligne ou à télécharger en format MP3. Le podcast est également disponible sur certaines plateformes de podcasts. 

Liens