La RDC toujours en attente d′un Premier ministre | Afrique | DW | 05.03.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

La RDC toujours en attente d'un Premier ministre

Plus de cinq semaines après la prestation de serment de Felix Tshisekedi, la RDC n’a toujours pas de nouveau Premier ministre. Celui-ci devrait venir du regroupement politique ayant la majorité à l’Assemblée nationale.

Écouter l'audio 01:57

En RDC, le premier ministre n'est toujours pas connu

Jusque-là les consultations se poursuivent entre deux plates-formes politiques, le FCC de Joseph Kabila qui revendique la majorité des députés et le Cash de Felix Tshisekedi. En même temps les évêques catholiques membres de la Conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) invitent les nouveaux dirigeants à rompre avec les antivaleurs des anciens régimes en République démocratique du Congo (RDC)..

Dans son arrêt rendu ce lundi a Kinshasa, le Conseil d’Etat indique que les ministres élus députés doivent quitter leurs fonctions immédiatement. Alors que plus d’une trentaine de ministres, plus de trois quart du gouvernement sortant sont concernés par cet arrêt.

Entretemps, la désignation du premier ministre n’est pas encore effective, de même que la formation du nouveau gouvernement. Y a-t-il blocage ? L’entourage du président Felix Tshisekedi, dément.

Un de ses proches affirme que les consultations se poursuivent avec le FCC de Joseph Kabila. La constitution stipule que le Premier ministre est nommé au sein de la majorité parlementaire. Et actuellement c’est le FCC qui revendique cette majorité.

La nouvelle configuration politique se précise a l’Assemblée nationale, le FCC de Joseph Kabila arrive largement en tête avec plus de 330 sièges, suivi de la plateforme Lamuka ayant soutenu Martin Fayulu a la présidentielle avec 97 sièges et le Cash du président Felix Tshisekedi a obtenu 47 sièges.

La plateforme Ensemble pour le Changement de l’opposant Moïse Katumbi devient ainsi la deuxième force politique après le PPRD (116 sièges) grâce à ses 66 députés.

L’UDPS de Tshisekedi qui était la deuxième force lors de la législature passée occupe désormais la quatrième place avec 32 sièges après l’Afdc-A de Bahati Lukwebo.

L’absence du nouveau gouvernement n’a pas empêché Felix Tshisekedi de présenter le week-end dernier son programme pour les 100 premiers jours de son mandat, en donnant les grandes lignes de ce qu’il entend réaliser.

Dans un message intitulé  "la vérité vous rendra libres", lu par le secrétaire général de la Cenco, l’abbé Donatien Nshole , es évêques catholiques membres de la Cenco ont exhorté les nouveaux animateurs à un sursaut éthique et patriotique. "Pour rassurer le Peuple, nous invitons les nouveaux gouvernants à rompre radicalement avec les antivaleurs des anciens régimes et à donner des assurances concrètes d’une meilleure gouvernance," a expliqué l’abbé Nshole.

Sur le plan politique, la Cenco plaide pour l’établissement d’un Etat de droit, la poursuite et le parachèvement de la décrispation du climat politique, le respect strict de la constitution.

 

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !