la République centrafricaine est la 3e plus grande crise humanitaire au monde après le Yémen et la Syrie (Hervé Verhoosel) | Interviews exclusives DW | DW | 04.09.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Interviews exclusives

la République centrafricaine est la 3e plus grande crise humanitaire au monde après le Yémen et la Syrie (Hervé Verhoosel)

Le Programme alimentaire mondial réclame un financement supplémentaire pour 1,8 million de Centrafricains en détresse alimentaire. Selon son porte-parole la RCA est la 3e plus grande crise humanitaire au monde

Écouter l'audio 05:08

" Le PAM attend 35 millions de dollars de l'Allemagne et des USA pour doubler son aide à la Centrafrique" (Hervé Verhoosel)

 L'organisme d'aide alimentaire de l'ONU plaide pour un appui financier supplémentaire en faveur de 1,8 millions de Centrafricains en détresse alimentaire. Selon le porte-parole du  Programme alimentaire mondial, la République centrafricaine est la 3e plus grande crise humanitaire au monde après le Yémen et la Syrie, si on considère la proportion de la population totale qui a besoin d’une aide humanitaire. 

 Hervé Verhoosel et la star de la musique centrafricaine Ozaguin OZ ont visité la semaine dernière la ville de Bambari, dans le centre du pays, pour attirer l’attention de la communauté internationale sur cette crise oubliée. Occasion pour lui de présenter la situation actuelle dans le pays.


DW : Après Genève, vous vous êtes rendu à Bambari, avec la star de la musique centrafricaine Ozaguin OZ pour attirer l'attention de la communauté internationale sur les besoins en assistance alimentaire. Pourquoi le choix de la ville de Bambari?

Hervé Verhoosel : Bambari est une ville qui héberge des camps de réfugiés. En République centrafricaine qui est un pays qui compte un peu plus de 4 millions cinq cent mille habitants, vous avez 600 000 déplacés internes et avec le chanteur Ozaguin OZ nous sommes allés visiter un camp de déplacés, le camp des élevages avec principalement des Peuls. Dans ce camp en particulier il y a huit mille cinq cents personnes qui étaient dans leur situation quotidienne. Et le fait que nous ne pouvions aider qu'un tiers de ses habitants, nous aidons un petit peu plus de 2500 personnes dans ce cas précis.

DW :  A Bambari quel est le constat général que vous avez fait par rapport à l'état de la population qui était sur place.

Hervé Verhoosel : J'ai tout de même, du côté positif vu une certaine indifférence au niveau de la sécurité à l'intérieur de la ville. Je sais qu'il y a un quartier en particulier qui pendant la nuit n'est peut être pas très sûr mais dans les rues de Bambari je n'ai plus vu d'hommes en armes comme on les voyait avant. C'est donc une chose relativement extraordinaire. J'ai vu les magasins qui étaient tous ouverts à la vie économique qui reprenait. C'est une chose importante. Ensuite dans le camp que nous avons visité la façon avec laquelle nous utilisions les coupons alimentaires. Qu'est-ce que c'est un coupons alimentaires? C'est un peu comme un chèque, plutôt que distribuer de la nourriture tous les mois, nous distribuons un coupon qui a une valeur de moins de 10 euros par personne par mois et donc les familles peuvent aller chez le commerçant local avec lequel le Programme alimentaire mondial a un accord particulier pour choisir et acheter eux mêmes leur propre nourriture. L'intérêt c'est que la nourriture est plus variée plus adaptée au type de famille mais aussi que cela permet à l'économie locale aux magasins par exemple mais également aux producteurs locaux d'avoir beaucoup plus de business et de vente. 
 
DW : Quand vous parlez de la distribution de coupons alimentaires, en franc CFA cela fait autour de 2800 ou 5800 francs équivalent de 1 ou 2 coupons alimentaires. Pensez-vous qu'un ménage, un individu puisse manger à sa faim pendant 28 jours, 30 jours?

Hervé Verhoosel: Bien sûr le coupon humanitaire n'est pas spécialement l'équivalent de l'ensemble de la nourriture dont la famille a besoin. Donc il y a également des distributions de denrées alimentaires que nous faisons nous mêmes. Mais c'est vrai que ce n'est pas toujours suffisant et qu'il faut faire plus. Mais aussi les gens eux mêmes commencent à travailler un petit peu dans des petits business parfois ou à trouver des suppléments financiers qui leur permettent de tenir le coup. 

DW : De Genève à Paris votre message est le même. Le PAM a besoin d'un financement supplémentaire. C'est pour quel type d'assistance précisément et quel est le gap aujourd'hui recherché?

Hervé Verhoosel : Aujourd'hui nous aidons 600.000 personnes en République centrafricaine tous les mois. Nous allons passer à l'avant de la fin de l'année à 800.000 personnes. Nous allons en fait ajouter 200 000 enfants femmes enceintes et allaitantes et l'année prochaine. Nous voulons ensuite doubler ce chiffre. C'est donc une énorme augmentation que nous voulons. Mais pour cela nous avons besoin de 35 millions de dollars supplémentaires. C'est de l'argent que nous devons trouver avant la fin de l'année afin de pouvoir planifier cette aide de l'année prochaine. A noter que notre second plus grand pays donateurs est l'Allemagne notre premier pays donateurs sont les Etats-Unis.

DW : La crise humanitaire centrafricaine est elle comparable à celle d'autres pays à l'exemple du Yémen ou encore de la Syrie.

Hervé Verhoosel : Exactement. En fait les gens ne se rendent pas compte de cette crise. Cette crise est un petit peu une crise oubliée. Les médias internationaux ont tendance à en parler de moins en moins. Mais ce que les gens ne se rendent pas compte c'est que c'est en réalité la troisième ou en fonction des chiffres la quatrième crise humanitaire dans le monde après le Yémen et après la Syrie et cela proportionnellement par rapport à la taille du pays et le nombre d'habitants bien sûr.

DW : Quels sont les challenges qui se posent à votre équipe qui est sur le terrain pour pouvoir porter assistance aux quelque 600 000 personnes répertoriées aujourd'hui?

Hervé Verhoosel : Aujourd'hui les challenges sont divers. Bien sûr il y a le challenge de la sécurité dans le pays en général. Des groupes armés qui sont toujours actifs même après les accords de Khartoum. Ensuite il y a le problème d'infrastructures même si on voit des efforts qui sont faits dans le côté de l'infrastructure. La route que nous avons prise entre Bangui et Bambari par exemple est tout de même une route de bonne qualité avec des travaux en cours pour la Manche. Mais dans d'autres régions du pays cela peut mettre plusieurs semaines nos camions de quitter Bangui pour arriver à des villes plus éloignées et cela peut être dû également à la météo. En période de pluies ces routes sont parfois presque impraticables et nous mettons plusieurs semaines pour arriver dans des zones où parfois les besoins sont urgents.

DW : Quelles sont les perspectives du PAM en termes de réponse aux besoins urgents de la population en Centrafrique.

Hervé Verhoosel : Nous voulons vraiment doubler doubler ce que nous faisons aujourd'hui des 600 mille personnes que nous aidons aujourd'hui 800.000 si tout va bien à la fin de l'année. Nous voulons doubler ce chiffre de 800.000 l'année prochaine pour aller jusqu'à un million cinq millions six voire plus. Nous sommes pour l'instant en contact avec des donateurs potentiels en espérant que cette crise oubliée ne le soit plus. Et bien sûr ne soit plus une crise. Dès que possible toute l'équipe du PAM ici à Bangui mais également au niveau international est vraiment très motivée pour aider ce pays qui en a vraiment besoin. 1,8 million de Centrafricains sont ce mois-ci en insécurité alimentaire alors que le pays en compte plus ou moins 4 millions et demi, un peu plus de 4 millions et demi.

Audios et vidéos sur le sujet