″La première victime de la guerre, c′est la vérité″ | Vu d′Allemagne | DW | 17.12.2009
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

"La première victime de la guerre, c'est la vérité"

Le débat autour du bombardement de Kunduz en Afghanistan fait de nouveau la Une des journaux. Mais le budget 2010 adopté hier par le gouvernement allemand et le sommet de Copenhague intéressent également les quotidiens.

default

Si le ministre allemand de la Défense, Karl-Theodor zu Guttenberg est sur toutes les photos de Une, c'est aujourd'hui le général Wolfgang Schneiderhan, chef d'état-major de l'armée qui attire l'attention des quotidiens. Des révélations de presse, selon lesquelles certains documents relatifs aux enquêtes sur la frappe du 4 septembre ont été passés sous silence, avaient précipité, fin novembre, sa démission. Hier, cependant, le général a estimé que Guttenberg ne disait pas la vérité. Ce n'est peut-être pas un hasard que Schneiderhan fasse ce genre de déclaration, le jour de l'ouverture par la commission parlementaire d'une enquête sur le bombardement, remarque les Kieler Nachrichten. Peut-être qu'il attendait juste le bon moment pour donner le coup de pouce qui fera tomber son ancien chef.

Pour la Frankfurter Rundschau, la clef de l'affaire réside désormais dans les intentions réelles du général. Soit il n'a pas présenté les documents ce qui pourrait passer pour une faute de négligence soit il les a volontairement cachés ce qui relèverait de l'abus de pouvoir. La nuance est mince mais absolument décisive pour la défense de Guttenberg. Décisive parce qu'elle révèlera si ce dernier est vraiment une victime comme il le prétend ou s'il a essayé de trouver un bouc émissaire pour dissimuler sa propre faute.

Wolfgang Schäuble Pressekonferenz Bundeshaushalt 2010

Le projet de budget 2010 du nouveau gouvernement de centre-droite prévoit un déficit budgétaire record de l'Etat fédéral de 86 milliards d'euros.

Autre sujet du jour: l'adoption par le gouvernement du budget 2010 qui prévoit un déficit budgétaire record. Ce n'est plus acceptable, clame la Ostthüringer Zeitung. Le nouveau gouvernement exploite sans scrupule la crise économique. Cette dernière arrive toujours à la rescousse, lorsqu'il s'agit de justifier une dépense supplémentaire. Ce n'est pas dans l'intérêt du pays.

La Süddeutsche Zeitung est tout sauf ravie. Le quotidien déplore que le ministre des Finances, Wolfgang Schaüble, ait déclaré que l'Etat fédéral allait devoir faire entre 25 et 30 milliards d'économies en 2011 mais sans préciser qui allait devoir se serrer la ceinture et jusqu'à quel point.

Merkel bei Regierungserklärung zum Kopenhagen

Les nouvelles qui nous parviennent de Copenhague "ne sont pas bonnes" a déclaré Angela Merkel devant les députés du Bundestag.

La conférence sur le climat à Copenhague touche à sa fin et la Tageszeitung se demande bien pourquoi la chancelière Angela Merkel s'évertue à souligner le rôle de précurseur de l'Allemagne. On ne peut pas nier que le ministre de l'Environnement Norbert Röttgen fait des pieds et des mains à Copenhague pour paraître dynamique mais sur le fond, ni l'Europe ni l'Allemagne n'ont entrepris grand chose pour le moment. Il reste deux jours. Si les chefs d'Etat et de gouvernement continuent à compter leurs sous d'aussi près plutôt que de s'occuper de la protection du climat, c'est l'échec assuré.

Auteur: Konstanze von Kotze / Rédaction: F.Q

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !