La Pologne, élève modèle de l′Europe | Carrefour Europe | DW | 30.08.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Carrefour Europe

La Pologne, élève modèle de l'Europe

Comment ce pays de l'est réussit-il alors que le reste de l'union est menacé par la récession? Des clés pour comprende les mécanismes qui dynamisent l'économie de cet ex pays communiste

Les hommes d'affaires polonais, comme cette architecte, sont à l'origine de la croissance de leur pays

Les hommes d'affaires polonais, comme cette architecte, sont à l'origine de la croissance de leur pays

Die polnischen Geschäftsleute: Marek Kotowski, Spediteur; 10.10.2011, Frechen; Copyright: DW/Anna Maciol

Les polonais sont des hommes d'affaires avisés comme cet expéditeur basé en Allemagne

Alors que le monde entier connaît une crise mondiale sans précédent, un seul membre de l'Union européenne n'est pas entré en récession au cours des 20 dernières années. Il s'agit de la Pologne dont l'économie se développe le plus vite Europe. Elle affiche même un taux de croissance de plus de 2,5% pour 2012, alors que l'Allemagne n'atteint pas les 1%. Alors quelle est la recette de la croissance polonaise ? Les explications dans ce reportage à Varsovie de notre correspondant Damien Simonart.

Débattre de l'Europe

Le Traité budgétaire européen ou plus officiellement Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) signé par vingt cinq pays de l'union européenne et ratifié par plus de la moitié d'entre eux, dont l'Allemagne, sera soumis au vote des parlementaires français le 19 septembre prochain. Il prévoit une "régle d'or" budgétaire et des sanctions en cas de dérapage des finances publiques. Un volet croissance y a été ajouté. Mais les Verts francais, les socialistes aux Pays-Bas, et bien d'autres encore critiquent cette politique européenne centrée sur l'austérité. Une Eurodéputée allemande, Franziska Brantner, porte-parole de la politique étrangère du groupe parlementaire les Verts/ALE, nous donne son point de vue.

Méthode coué

Et puis justement pour combattre un climat grandissant d'euroscepticisme, une campagne de communication a été lancée en Allemagne : onze fondations se sont réunies, parmi lesquelles des représentants de l'industrie, pour créer une initiative baptisée clairement "Je veux l'Europe"(Ich will Europa). Elle est parrainée par le président de la république, Joachim Gauck. Les responsables de ce projet souhaitent lancer "un signal positif" sur tous les médias, télé, internet ou presse écrite en faveur du projet européen. Le ban et l'arriére ban des personnalités de premier plan allemandes sont conviés à participer; comme l'ancien chancelier Helmut Schmidt, le capitaine de la séletion allemande de football Philippe Lahm ou Tom Enders le PDG du géant européen de l'aéronautique et de la défense EADS, basé d'ailleurs à Toulouse. L'initiative a été saluée par la chancelière Angela Merkel. Elle-même a été obligé de rappeler à l'ordre certains membres de sa coalition qui évoquaient ouvertement une sortie possible de la Grèce de l'euro. Changement de ton donc à Berlin, alors que des voix s'élèvent pour mettre en garde contre la tentation d'ériger, selon les mots du ministre finlandais des Affaires européennes, un "mur de Berlin" entre le nord et le sud de l'Europe...

Audios et vidéos sur le sujet