La mort du multilatéralisme et le sommet sur la pédophilie au Vatican | Vu d′Allemagne | DW | 18.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

La mort du multilatéralisme et le sommet sur la pédophilie au Vatican

Les journaux allemands se posent beaucoup de questions après la conférence de Munich sur la sécurité. Et disent aussi adieu à l'acteur Bruno Ganz.

Les journaux allemands reviennent sur la menace des Etats-Unis d'augmenter les taxes à l'importation sur les voitures européennes, ce qui toucherait le fleuron de l'économie allemande. Les éditorialistes se penchent aussi sur les questions soulevées à Munich, où s'est tenue une conférence internationale annuelle sur la sécurité, sur le sommet prévu de jeudi à dimanche au Vatican sur la pédophilie dans l'Eglise catholique ainsi que sur la détresse d'habitants de Caracas, au Vénézuéla. Et enfin, la presse rend hommage à l'acteur Bruno Ganz.

Les voitures allemandes, une menace pour les USA?

Dans die tageszeitung, une caricature qui résume bien l'état d'esprit de la presse allemande. On y voit la Statue de la Liberté tombée à terre après avoir été percutée par toute une petite voiture rouge. Sur le parapet de la statue, Donald Trump s'époumone :  "Les voitures allemandes mettre notre sécurité nationale en danger".

La police de plus en plus forte

Dans les journaux aussi : les réformes en cours, au niveau des Länder, des lois qui régissent la police. Avec toujours plus de prérogatives et, comme s'en alarme la Süddeutsche Zeitung une nouveauté testée en Bavière : la détention préventive pour les criminels potentiels, une formule résumée ainsi par le journal "d'abord enfermer, puis enquêter après".

Deutschland 55. Münchner Sicherheitskonferenz - Demonstration (picture-alliance/dpa/S. Schuldt)

Un manifestant en marge de la conférence sur la sécurité de Munich

Bilan très mitigé de la Conférence de Munich sur la sécurité

La taz sonne le glas du multilatéralisme, la Süddeutsche Zeitung revient sur le ton ferme de la chancelière allemande vis-à-vis des Etats-Unis, en dépit des sourires affichés sur les photos.

Quant à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, elle revient sur le boulevard laissé selon elle aux Chinois, aux Russes et aux Iraniens pour exposer leur vision du monde, tandis que les Européens s'entredéchirent, que les relations transatlantiques s'effritent et que les Etats-Unis font cavalier seul.

Les djihadistes allemands amenés à revenir au pays

La Süddeutsche Zeitung commente une discussion annexe : celle sur le sort à réserver aux djihadistes allemands emprisonnés en Syrie, quand l'armée américaine se retirera du pays. Faut-il privilégier la sécurité, comme dans le camp de Guantanamo, ou l'Etat de droit, même avec des personnes potentiellement dangereuses si elles rentrent en Allemagne ?

Irland Besuch Papst Franziskus (picture-alliance/Catholic Press Photo/P. Haring)

Le pape en visite en Irlande, en août 2018, a rencontré des victimes de prêtres pédophiles

L'Eglise et la pédophilie

Un mot aussi du sommet sur la pédophilie qui réunit cette semaine les évêques du monde entier. "Peut-être que c'est trop tard", craint la Süddeutsche Zeitung qui voit pourtant ce sommet initié par le pape François comme une "lutte pour la crédibilité de l'Eglise" et "le plus grand défi qui soit pour le service communication" du Vatican, après des années de silence, de dénigrement, d'enjolivement de la réalité. 

Pauvreté à Caracas

A lire dans Die Welt, un reportage à Cotiza, un quartier de Caracas, auprès de la "base électorale de Maduro, les pauvres, qui se rebellent désormais contre lui". "J'en ai assez d'avoir faim", confie une certaine María Fernanda au reporter. Après avoir soutenu Hugo Chavez, elle manifeste désormais contre Nicolas Maduro, à l'instar de beaucoup d'autres personnes du quartier qui racontent comment ils survivent au quotidien. Comme ce papa qui raconte qu'il a du mal à acheter la vingtaine de couches dont son bébé a besoin chaque semaine, et qui lui reviennent à l'équivalent d'un mois de salaire mininum.

Bruno Ganz (picture-alliance/EPA/C. Onorati)

Bruno Ganz (picture-alliance/EPA/C. Onorati)

L'adieu à Bruno Ganz

A noter, alors que vient de se refermer le festival du film de la Berlinale : tous les quotidiens rendent hommage à l'acteur Bruno Ganz, décédé à l'âge de 77 ans. "Le prince héritier de Prométhée", écrit la FAZ.

"Le meilleur", titre sobrement la Süddeutsche Zeitung qui légende en ces termes la photo en noir et blanc du comédien : "Celui qui comprenait les êtres humains dans ce qu'ils avaient de plus profond : Bruno Ganz était un des artistes de théâtre et cinéma de langue allemande les plus géniaux."

Publicité

Écoutez-nous!

Votre nouvelle série pour prendre soin de vous

Jusqu'en octobre, vous aurez droit à des capsules santé. Il s’agit d’une mini-série composée de courts extraits audios sur des thèmes liés à la santé et à votre bien-être.  

default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !