La lèpre survit, les relais communautaires sauvent | Santé | DW | 28.09.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Santé

La lèpre survit, les relais communautaires sauvent

La lèpre a beau avoir reculé de 90% en 2000, elle subsiste dans des zones endémiques, notamment en Afrique. Autre thème de ce magazine : les relais communautaires, des bénévoles au service de la santé, une révolution !

default

Les lépreux sont victimes de discriminations (ici au Soudan du Sud)

La lèpre est une maladie vieille comme le monde. On retrouve des traces du bacille de Hansen dans les civilisations antiques en Chine, en Égypte et en Inde. Dans les années 90, l'OMS, l’organisation mondiale de la Santé, s’était donnée pour objectif d’éliminer la maladie d’ici l’an 2000. Onze ans plus tard, même si elle a reculé, la lèpre continue de faire des ravages, surtout dans les zones les plus éloignées. Et les malades sont toujours exclus, car la contagion et les symptômes font peur. C’est le cas dans le Nord Kiwu. Notre correspondant John Kanyunyu s’est rendu à Butembo, dans une léproserie, un lieu où l’on isole les lépreux. Ecoutez ci-dessous son reportage.

L'espoir des relais communautaires

Comment faire le lien entre le personnel médical et la population ? Comment atteindre les communautés les plus reculées pour les sensibiliser aux problèmes de santé ? L’ONG Médecins d’Afrique opte pour les relais communautaires, ces vigiles présents sur place, qui, sur la base du bénévolat, dressent un pont entre leur village ou leur quartier, et le centre de santé le plus proche. Ecoutez dans ce magazine l'interview de Syd Donald Tsiba, assistant au programme santé et nutrition de Médecins d’Afrique au Congo-Brazzaville.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Elisabeth Cadot

Audios et vidéos sur le sujet