″La haine n′est pas une opinion″ | Vu d′Allemagne | DW | 11.11.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

"La haine n'est pas une opinion"

Les journaux allemands commentent la question de la liberté d'opinion en Allemagne et le débat actuel en Europe sur l'Otan.

Selon la FAZ, la haine et l'agitation sont perçues comme un danger dans un Etat de droit. Les menaces de meurtre à l'encontre des politiciens sont de plus en plus nombreuses. Les assassinats motivés par l'extrême droite à Kassel et à Halle montrent l'ampleur de la situation. 

Que le fondateur du parti AFD Bernd Lücke ait été hué à Hamburg fait également partie des attaques contre la liberté d'opinion, écrit le journal.  

La FAZ souligne aussi qu’une certaine "liberté d'opinion de gauche" menace également les droits fondamentaux. Alors qu'un  grand nombre de personnes s'inquiètent de la liberté d'opinion plus généralement sur les réseaux sociaux. 

Ainsi pour la FAZ " l'Etat de droit " est à mi-chemin entre la liberté et la surveillance.

Les règles qui interdisent la haine sur internet doivent être les même en dehors de réseaux sociaux, conclut le journal. 

 Le débat en Europe sur l'Otan

Les journaux allemands reviennent aussi sur les propos d'Angela Merkel concernant l'Otan.

Pour la chancelière allemande "l'Alliance transatlantique reste le pilier central de la défense de l'Allemagne", écrit die Welt. 

Deutschland | PK von Angela Merkel und Jens Stoltenberg

Angela Merkel et Jens Stollenberg.

Angela Merkel sait en revanche qu'"il devient de plus en plus clair que les pays européens membres de l'Otan devraient assumer plus de responsabilités". 

Le quotidien Tageszeitung, cite ainsi les propos du ministre allemand des Affaires étrangères Heiko Maas : "sans les Etats-Unis, ni l'Allemagne ni l'Europe ne pourraient se protéger efficacement." 

Le ministre Heiko Maas explique par ailleurs qu'"une politique étrangère et de sécurité sans Washington serait irresponsable pour l'Allemagne".

"La violation par la Russie du Traité sur l'interdiction des armes nucléaires terrestres à moyenne portée l'a clairement montré", écrit la Süddeutsche Zeitung. 

Außenminister Heiko Maas

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas.

Pour Berlin, il est clair que "ce serait une faute de la part de l'Allemagne de saper les efforts de l'Otan".  C'est dans ces conditions que "l'Europe va mettre en place son système d'armement", a aussi annoncé Angela Merkel. 

Une annonce qui permettra peut-être d'éviter "la mort cérébrale de l'Otan", comme l'a déclaré vendredi le chef de l'Etat français Emmanuel Macron. 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !