La Guinée équatoriale révise sa constitution | Afrique | DW | 12.11.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La Guinée équatoriale révise sa constitution

C'est dimanche que les 700.000 électeurs de Guinée équatoriale doivent se prononcer par référendum sur la réforme constitutionnelle entamée en avril dernier par le président Teodoro Obiang Mbasogo.

Le président Teodoro Obiang Nguema, lest accusé de vouloir transmettre le pouvoir à son fils

Le président Teodoro Obiang Nguema est accusé de vouloir transmettre le pouvoir à son fils

La réforme constitutionnelle prévoit la limitation des mandats présidentiels à deux fois sept ans, ainsi que la création de plusieurs institutions dont un Sénat, une cour des comptes, un conseil économique et social, ainsi que la création du poste de vice-président.

Le Parti démocratique de Guinée équatoriale, le PDGE au pouvoir, a mené sa campagne en appelant la population à voter en faveur du "oui", qui garantirait selon lui une plus grande implication de la population dans la gestion de la chose publique. Pour sa part, la principale formation de l'opposition, Convergence pour la démocratie sociale, demande à la population de voter "non", car elle accuse le président Teodoro Obiang Nguema Mbasogo de préparer son fils Teodoro Nguema Obiang, alias Teodorin, à lui succéder.

Déjà ministre des forêts et de l'agriculture, le "dauphin" est également vice-président du PDGE depuis 2009. Par ailleurs, l'opposition dénonce le manque d'accès au texte de la réforme prévue, dont seuls quelques membres du parti au pouvoir détiendraient des copies. La population serait ainsi appelée à se prononcer sur un texte qu'elle ne connaît pas en détail.

Boycott de l’opposition


La reforme constitutionnelle a été élaborée en mai dernier mais boycottée d'emblée par les deux partis de l'opposition dite radicale. Celle-ci avait conditionné sa participation à l'élaboration de la reforme à la demande de plus grandes libertés, et, notamment, la libération de tous les prisonniers de conscience, le retour au bercail de tous les exilés politiques, la création de syndicats ou encore l'autorisation des manifestations.

Teodoro Obiang Nguema est au pouvoir en Guinée équatoriale depuis 32 ans. Les ONG de défense de droits de l'Homme l'accusent de diriger le pays d'une main de fer et son régime de multiplier les atteintes à la démocratie, d'entraver la liberté de la presse et de violer massivement les droits de ses concitoyens.

Auteur : Samuel Obiang Mbana

Edition : Sandrine Blanchard

La rédaction vous recommande