La Grèce, après la crise | International | DW | 04.06.2010
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La Grèce, après la crise

Les Grecs n'en peuvent plus de la corruption qui plombe leur pays. Le bras droit de l'ancien Premier ministre a avoué en toute quiétude qu'il avait reçu 200 000 euros de pots de vin, et qu'il trouvait cela normal.

default

Les syndicats grecs ont manifesté en mai dernier dans les rues d'Athènes

Les Grecs sont abasourdis. Non pas parce que chaque jour qui passe révèle un peu plus l'étendue de la corruption dans le monde politique, mais bien parce qu' un homme impliqué dans l'affaire Siemens, bras droit de l'ancien Premier ministre au pouvoir de la fin des années 1990 à 2004, a fait une déclaration pour le moins cynique à la Commission parlementaire chargée de l'enquête. Ses propos: "Oui, j'ai touché 200 000 Euros, et je m'en suis servi pour payer les études de mes enfants". "Et alors" - a-t-il poursuivi - "tout le monde le fait, et il y a prescription ! Pourquoi tant de bruit?" Trop c'est trop, les Grecs exigent maintenant que les responsables politiques soient punis réellement.

Ecoutez ci-dessous la correspondance de Thomas Jacobi !

Auteur : Thomas Jacobi
Edition : Carine Debrabandère

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !