La gauche radicale devant l′AfD au Parlement en Thuringe | International | DW | 04.03.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

International

La gauche radicale devant l'AfD au Parlement en Thuringe

Après la débâcle de février, Bodo Ramelow du parti de gauche Die Linke s'est fait élire lors d'un nouveau scrutin.

Bodo Ramelow au milieu des membres de son nouveau gouvernement

Bodo Ramelow au milieu des membres de son nouveau gouvernement

Le Land de la Thuringe a son nouveau chef de l'exécutif et il est membre du parti Die Linke. Bodo Ramelow a prêté serment ce mercredi (04.03) après son élection grâce au soutien des sociaux-démocrates et des Verts. Il a battu son concurrent du parti de droite populiste AfD.

Election à trois tours

Le nouveau ministre président va diriger un gouvernement minoritaire. Bodo Ramelow a d’abord échoué, comme prévu, aux deux premiers rounds à obtenir une majorité absolue. Les voix de ses partenaires de coalition du parti social-démocrate (SPD) et des Verts étant insuffisantes.

Mais celles-ci lui ont permis au troisième tour d’avoir un gouvernement minoritaire de 42 voix dans un parlement régional de 90 sièges. Son challenger pour cette élection, le candidat de l’AfD Björn Höcke, a pu compter seulement sur le vote des 22 voix de son parti.

Jens Spahn de la CDU s'est dit opposé à une collaboration avec l'AfD et Die Linke

Jens Spahn de la CDU s'est dit opposé à une collaboration avec l'AfD et Die Linke

Abstentions de la CDU et du FDP

Le parti libéral FDP s’est abstenu lors du vote. L’élection, il y a un mois, de sa tête de liste Thomas Kemmerisch grâce aux chrétiens-démocrates de la CDU et surtout avec le soutien des voix de l’AfD avait causé un séisme politique en Allemagne, provoquant la démission de Thomas Kemmerisch.

Du côté de la CDU, après la démission de la cheffe du parti Annegret Kramp-Karrenbauer, qui n’était pas parvenue à empêcher ses membres de voter avec l’AfD,  les 21 députés du parti ont cette fois reçu la consigne ferme de ne pas voter pour l’AfD ou die Linke.

Selon le ministre fédéral de la Santé, Jens Spahn, toute collaboration avec le parti de droite populiste AfD mais aussi avec die Linke est exclue. 

Cependant, Werner Patzelt, membre de la CDU et ancien directeur de l’Institut de sciences politiques à l’université technique de Dresde, estime que die Linke, issu de l’ancien Parti communiste de l’ex-RDA, se serait désormais intégré dans le jeu démocratique allemand.

Bodo Ramelow, qui va donc diriger une coalition minoritaire, retrouve un poste de président du Land de Thuringe qu’il avait déjà occupé entre 2014 et 2020.