La création d′une zone de protection en Syrie en question | Vu d′Allemagne | DW | 23.10.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Vu d'Allemagne

La création d'une zone de protection en Syrie en question

Dans la presse: la situation en Syrie avec l’accord entre la Russie et la Turquie et la proposition de la ministre allemande de la Défense de créer une zone de protection dans le nord de la Syrie. 

"AKK et la zone de protection: plus de questions que de réponses", c’est avec ce titre que la Frankfurter Rundschau a choisi de reparler de la proposition de la ministre allemande de la Défense. Annegret Kramp-Karrenbauer, "pour être credible, aurait dû en discuter d’abord avec les partenaires sociaux-démocrates et des alliés potentiels tels que la France et la Grande-Bretagne", il ne suffit pas de les "informer", écrit le journal, qui s’interroge sur d’éventuels visées électorales de la ministre et se demande si la zone de protection dans le nord de la Syrie se fera avec les partenaires de l'UE ou les alliés de l'OTAN? Avec ou contre la Syrie, l'Iran et la Russie?
A ces questions justement der Spiegel tente d’apporter des précisions. Selon le journal, la ministre allemande propose un mandat de sécurité des Nations unies pour la création de la zone de protection internationale. 
Des discussions avec l'OTAN ou encore la Turquie sont également en cours ou prévues. La Turquie qui, justement, vient de conclure un accord de cessez-le-feu avec la Russie dans le nord de la Syrie. Les Turcs accordent 150 heures supplémentaires aux Kurdes pour leur retrait, mais pour die tageszeitung "la paix est loin d’être acquise”. Au sujet de l’entente entre Ankara et Moscou, la Süddeutsche Zeitung écrit que Erdoğan et Poutine ont déterminé l'ordre de l'après-guerre pour la Syrie et ont ainsi réordonné l'équilibre des forces au Moyen-Orient. 

Großbritanien | Boris Johnson | Unterhaus London (Reuters/Handout/UK Parliament/J. Taylor)

Le Premier ministre Boris Johnson à été contraint de demander une prolongation à l'UE.

 Tout en rappelant les concessions faites par la Turquie en acceptant ce cessez-le-feu, la Süddeutsche Zeitung estime que les véritables gagnants dans l’affaire sont la Russie puis le régime Assad. 

Brexit: vers une possible prolongation

Dans une semaine environ, la Grande-Bretagne doit en principe quitter l'UE - ou pas. La chambre basse du Parlement britannique a en effet obligé le Premier ministre Boris Johnson à demander une prolongation. “Paris et Berlin envoient leurs premiers signaux positifs, Dublin veut accepter...” commente der Spiegel. L'Allemagne a entre-temps signalé qu'elle ne "s'opposerait pas" à un nouveau report.
Pour la Berliner Zeitung toutefois, à l’allure où va le processus de sortie, “de nouvelles élections au Royaume-Uni deviennent de plus en plus probables”. Cependant, peut-on lire dans le journal “une majorité des deux tiers au Parlement pourrait être nécessaire pour une nouvelle élection”.  
 

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !