La COP23, un succès modeste | COP 23 | DW | 20.11.2017
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

COP 23

La COP23, un succès modeste

Les délégués réunis à la 23e conférence des Nations unies sur les changements climatiques  se sont séparés samedi dernier au petit matin au terme de deux semaines de travaux. Quelques mesures ont été décidées.

Écouter l'audio 02:00

"Nous avons fait le travail qui nous a été donné..." (Frank Bainimarama, PM Fidji)


L'enjeu principal de la COP23 n'était pas denégocier un nouveau traité, mais d'avancer sur la mise enoeuvre de l'Accord de Paris et de trouver une solution aux questions liées aux financements dans les pays en développement.

 
Les quelques heures de prolongation n’ont pas permis à la Cop23 de connaître d'avancée significative.

Deutschland Kohlekraftwerk in Gelsenkirchen (picture alliance/dpa/AP Photo/M. Meissner)

L'Allemagne ne pourra atteindre ses objectifs, à cause du charbon et de la lignite.

Réévaluation et Talanoa

Néanmoins, les pays se sont mis d'accord pour évaluer les émissions des gaz à effet de serre en 2018 - toujours dans le but de rester sous les 2°C de réchauffement, comme le stipule l'Accord de Paris.  

Pour ce faire, il a été décidé à Bonn la mise en place notamment d'un Talanoa, terme fidgien pour désigner un dialogue pour parvenir à l’essentiel. Le Premier ministre fidjien, Frank Bainimarama s'est donc réjoui du "succès" de cette COP23 en déclarant : "Nous avons fait le travail qui nous a été donné. Le travail qui consistait à trouver un mécanisme de mise en oeuvre de l’accord de Paris"

Divisions entre pays riches et pays pauvres

A Bonn, les négociateurs ont aussi commencé à mettre en forme les règles de mise en oeuvre de l'accord de Paris, prévu pour s'appliquer à partir de 2020 : comment les pays rendent compte de leurs actions, quel suivi pour l'aide financière promise par les pays riches.

Mais quant au financement de l’adaption des pays pauvres, rien n'a été tranché sur le fond. Deception dans le camp des ONG africaines.

La COP23 a vu resurgir les divisions entre les pays développés et les pays les plusvulnérables sur la quesion du financement. Ce sera donc à la COP24, prévue en décembre 2018 à Katowice en Pologne, de trancher la question.

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !