La contestation continue au Bélarus | International | DW | 14.07.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

International

La contestation continue au Bélarus

Au Bélarus, en Europe orientale, des citoyens se rassemblent depuis quelques semaines pour exprimer leur mécontentement face à la politique économique menée par le régime du président Alexandre Loukachenko.

default

La police interpelle des participants des protestations silencieuses

Le « dernier dictateur d'Europe », comme l'appelle les manifestants, fait face à un mouvement de contestation sans précédent. Le Bélarus est confronté depuis le début de l'année à une grave crise économique. Il a même dû dévaluer considérablement sa monnaie, limiter ses importations en raison d'un important déficit de devises. Le pays fait donc face à une forte inflation. Cette crise a des conséquences sur le quotidien des populations. Marina Naprushkina vient de la capitale bélarusse, Minsk, et travaille à Berlin comme artiste.

« Les protestations ont commencé il y a un mois. Elles sont organisées via les résaux sociaux sur internet par de jeunes gens, qui, en réalité, vivent en exil. Ils utilisent internet pour propager des appels à manifester, et publier des comptes-rendus sur ce qui se passe. Les manifestations ont lieu une fois par semaine, notamment les mercredi. »

Weisrussland Präsident Alexander Lukaschenko in Minsk

Le président Alexandre Loukachenko est au pouvoir depuis 17 ans dans le pays

Puisque les manifestations sont interdites, les protestataires mènent ce qu'il convient d'appeler une « protestation silencieuse ». Ils se rassemblent en silence, sans crier de slogans ni porter de pancartes, et se contentent de taper dans leurs mains, pour exprimer leur désapprobation face à la politique économique menée par le régime du président Loukachenko. Pour Marina Naprushkina, le mouvement serait plus efficace s'il n'était pas mené seulement par des jeunes.


« C'est seulement les jeunes qui prennent part aux manifestations. C'est le problème. Tant que les travailleurs ne se joindront pas à eux, je ne crois pas, que le régime ne se sentira sérieusement inquiété. »


Weißrussland Belarus Revolution via social network Protest

La police barre une rue de Minsk pour empêcher un rassemblement le 15 juin

Ces manifestations sont depuis lors sévèrement réprimées. Environ 400 personnes ont déjà été interpellées au début du mois de juillet au Belarus pour avoir participé aux manifestations. Au moins 140 manifestants ont depuis été condamnés à des amendes ou bien à des peines allant jusqu'à 15 jours de prison. Et selon l'Association bélarusse des journalistes, environ 25 journalistes ont également été interpellés.

Auteur : Eric Ségueda
Edition : Cécile Leclerc

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !