La complicité de l′Occident en Egypte | Vu d′Allemagne | DW | 27.01.2011
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Vu d'Allemagne

La complicité de l'Occident en Egypte

A la Une des journaux : des photos de manifestants en colère au Caire ou encore des portraits des présidents tunisien Ben Ali et égyptien Hosni Moubarak arrachés. La révolte du monde arabe intéresse les éditorialistes.

default

Les Egyptiens sont dans la rue depuis mardi 25 janvier

Le monde arabe vivrait-il sa chute du mur ? C'est la thèse défendue par Die Welt. Même si de nombreux experts sont persuadés que les services de sécurité égyptiens et syriens sont indéboulonnables, on disait la même chose des pays d'Europe de l'Est dans les années 80. Pour le journal, les dictatures arabes peuvent tomber si les habitants trouvent le courage de surmonter leurs peurs. Après tout, ils ont les mêmes aspirations que les citoyens du monde entier : pouvoir vivre de son travail, être libre et ne pas subir la corruption. Depuis la chute du mur, il y a 21 ans, poursuit Die Welt, le monde arabe est celui qui a le moins évolué. Il est temps que la rue demande des comptes à ses dictateurs.

Ägypten Kairo Proteste Demonstranten Polizei

Affrontements avec les forces de l'ordre : au moins 500 Egyptiens ont été arrêtés

« Enfin, des milliers d'Egyptiens se révoltent ! » s'exclame die tageszeitung, avant de relativiser : le destin d'Hosni Moubarak ne se décidera pas dans la rue, mais à la Maison Blanche, en raison des liens d'amitié entre le régime égyptien et les Etats-Unis. Hillary Clinton, chef de la diplomatie américaine, ose déclarer qu'Hosni Moubarak va faire de son mieux pour répondre aux aspirations des citoyens. « Pardon ? » ironise le quotidien qui rappelle que le président a eu l'opportunité des élections législatives de novembre dernier pour organiser un scrutin libre et ouvert à toutes les forces politiques du pays. Mais il n'a pas choisi cette option, il a préféré poursuivre son autoritarisme, comme il le fait depuis 30 ans. Die tageszeitung conclut : cette fois, ça suffit : le temps de l'asphyxie est révolu en Egypte !

Mohamed Hosni Mubarak

Hosni Moubarak est au pouvoir depuis 1981

La Süddeutsche Zeitung dénonce également le soutien de l'Occident au régime d'Hosni Moubarak. Une opposition opprimée, des prisonniers torturés, une armée ultra-puissante, une population pauvre… Et pourtant, les pays occidentaux offrent des milliards à l'autocrate égyptien, car son régime apparait comme un rempart contre l'islamisme. Le journal fait les comptes de l'aide américaine : 1,3 milliards de dollars par an pour l'armée, 700 millions de dollars pour l'économie, sans oublier les tarifs préférentiels du blé. Mais les Etats-Unis ne sont pas les seuls responsables, nuance la Süddeutsche Zeitung. L'Union européenne aussi courtise le dictateur égyptien dans le cadre notamment de l'Union pour la Méditerranée. Et puis, l'Egypte est bien sûr le paradis rêvé pour les touristes européens. Enfin, Israël soutient Hosni Moubarak, qui le lui rend bien : il est l'un de ses plus fidèles alliés dans la lutte contre le Hamas dans la bande de Gaza.

Auteur : Cécile Leclerc
Edition : Aude Gensbittel

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !