La censure, une arme pour régimes faibles ? | Arbre à palabre | DW | 07.06.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Arbre à palabre

La censure, une arme pour régimes faibles ?

Pourquoi un si fréquent recours à la censure ? Pas seulement sur les réseaux sociaux mais sur tous les médias en général ? Cette émission est le second volet de notre débat sur la numérisation. Si les nouvelles technologies médiatiques favorisent une circulation rapide de l'information, tout ce qui circule n'est pas toujours vrai. Mais faudrait-il pour cela, couper la diffusion de l'information ?

Écouter l'audio 25:45

Dans le premier volet de l'émission, nos invités ont exprimé leurs points de vue sur la rapidité de l'information à l'ère des nouvelles technologies médiatiques. Or ce qui circule n'est pas toujours du bon. Ou du moins l'appréciation dépend du point de vue où l'on se place. Ainsi certains pouvoirs recourent à la censure en invoquant le danger que représenterait pour eux, l'absence de contrôle de ce qui passe sur les réseaux sociaux.

Mais il n'y a pas que les réseaux sociaux qui sont concernés puisque la censure frappe aussi d'autres médias. 
Un autre problème lié à la numérisation est son influence sur l'éducation. Les réseaux sociaux favorisent-ils ou non l'éducation dans les langues nationales en Afrique ? Là-dessus nos invités pointent des failles dont on ne parle pas assez.

Nos invités faisaient partie des milliers de participants qui ont encore rejoint cette année le forum mondial des médias (Global Media Forum) de la Deutsche Welle. Evénement qui a lieu chaque année à Bonn. 

- Boubacar Boris Diop, Ecrivain et intellectuel sénégalais, auteur entre autres de "Murambi, le livre des ossements"
- Moussa Sene Absa, homme de culture, cinéaste, réalisateur du film "L'affaire Sèye : le festin des vautours"
- et Christian Lusakueno, promoteur de radio Top Congo FM basée à Kinshasa, partenaire de la Deutsche Welle