La CEDEAO dépêche une délégation en Guinée-Bissau | Afrique | DW | 16.04.2012
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La CEDEAO dépêche une délégation en Guinée-Bissau

Au lendemain de la dissolution des institutions bissau-guinéennes, un groupe de contact de la CEDEAO est attendu dans la capitale. Les condamnations relatives à la remise en cause du processus électoral se multiplient.

Guinea Bissau's soldiers leave a news conference at the military headquarters in the capital Bissau, March 19, 2012. Guinea Bissau's former head of military intelligence, Samba Diallo, was shot dead at a bar near his residence in the capital Bissau late on Sunday, hours after citizens voted peacefully in a presidential election, witnesses and a security source said. REUTERS/Joe Penney (GUINEA-BISSAU - Tags: POLITICS MILITARY CIVIL UNREST)

Guinea Bissau Militär

La délégation ouest-africaine de haut niveau devrait arriver lundi après midi à Bissau. C'est une équipe composée de ministres et chefs des armées de pays de la région, avec a leur tête le Burkinabé Kadré Désiré Ouédraogo qui essaiera de convaincre les putschistes pour un éventuel rétablissement des institutions. La CEDEAO devrait réitérer le rejet du coup d'Etat dans ce pays déjà fragilisé par des troubles politico-militaires récurrents.

epa03180815 (FILE) A file photograph showing soldiers at the D'Amura Military Headquarters in Bissau after a military coup d'etat in Bissau, Guinea-Bissau, 01 April 2010. Media reports on 13 April 2012 state that members of the military have taken control of many areas of the capital of Guinea-Bissau and the Presidential Palace of Carlos Gomes Junior has come under attack. EPA/MOUSSA BALDE *** Local Caption *** 00000402100863 +++(c) dpa - Bildfunk+++ pixel

Des militaires putschistes au QG D'Amura Military à Bissau

Condamnation internationale

Largement condamné par la communauté internationale, ainsi que l'ensemble des organisations sous régionales, ce nouveau putsch a mis un coup d'arrêt au processus électoral en cours dont le second tour était prévu pour le 29 Avril prochain.

Pour le professeur Yoro Dia, professeur de sciences politiques a l'université de Dakar, la CEDEAO ne se limitera qu'à des pressions. Celui-ci ajoute que l'armée doit être au service de l'Etat et non l'inverse.

Auteur : IsaacDosso
Edition : Jean-Michel Bos

Écouter l'audio 00:24
Now live
00:24 min

"La CEDEAO n'a pas fait grand chose dans l'histoire des conflits en Afrique", estime le professeur Yoro Dia, de l'université de Dakar

La rédaction vous recommande

Audios et vidéos sur le sujet

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !