″La Côte d′Ivoire doit respecter les droits de l′Homme″ (Alioune Tine) | Afrique | DW | 26.08.2020
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages
Publicité

Afrique

"La Côte d'Ivoire doit respecter les droits de l'Homme" (Alioune Tine)

La tension reste importante en Côte d'Ivoire à deux mois de l’élection présidentiellea avec des affrontements intercommunautaires, des arrestations de manifestants et des propos haineux relayés sur les réseaux sociaux.

Un manifestant contre le troisIéme mandat de Ouattara arrêté à Abidjan par des policiers

Un manifestant contre le troisIéme mandat de Ouattara arrêté à Abidjan par des policiers

Les violences intercommunautaires ont déjà fait plusieurs morts dans le pays, dont deux personnes tuées samedi à Divo, au nord-ouest d'Abidjan. Ce qui fait redouter une explosion de violence dans un pays qui a déjà vécu de graves crises liées au processus électoral. Pour Alioune Tine, fondateur du Think Tank Afrikajom, le pays doit respecter ses engagements internationaux en matière de droits  de l'Homme. 

Écouter l'audio 02:05

"La Côte d'Ivoire doit respecter ses engagements en matière de droits de l'Homme" (Alioune Tine)

A lire aussi→Résurgence des violences interethniques en Côte d'Ivoire

Sur le plan politique, l'avocate de Laurent Gbagbo, en liberté conditionnelle à Bruxelles après son acquittement par la Cour pénale internationale (CPI), a accusé les autorités ivoiriennes de ne pas vouloir délivrer un passeport à l'ex-président ivoirien pour empêcher son retour au pays avant la présidentielle du 31 octobre.

Fin juillet, le porte-parole du gouvernement Sidi Tiemoko Touré avait assuré: "C'est un Ivoirien comme tout autre. Il recevra ses documents après le traitement".

Laurent Gbagbo, 75 ans, avait aussi introduit une requête pour un casier judiciaire et un certificat de nationalité, des pièces indispensables pour tout candidat à un mandat électif.

Le retour de M. Gbagbo en Côte d'Ivoire revêt un enjeu politique majeur avant la présidentielle. Son parti, le Front populaire ivoirien (FPI), l'exhorte à se présenter au scrutin. La date butoir pour le dépôt des candidatures est le 31 août.