La Côte d′Ivoire épinglée pour sa gestion des droits de l′Homme | Afrique | DW | 11.02.2019
  1. Inhalt
  2. Navigation
  3. Weitere Inhalte
  4. Metanavigation
  5. Suche
  6. Choose from 30 Languages

Afrique

La Côte d'Ivoire épinglée pour sa gestion des droits de l'Homme

Le climat de tension qui précède l'élection présidentielle en Côte d'Ivoire entraîne une violation en série des droits de l'Homme. C'est le constat que dresse l'ONG Amnesty International dans son nouveau rapport.

Écouter l'audio 04:12

François Patuel : "Les autorités ivoiriennes restent hantées par leurs vieux démons"

"Côte d'Ivoire, la situation en matière de droits humains demeure fragile". C'est le titre du document présenté ce lundi (11.02.) à la presse à Abidjan. De l'arrestation de journalistes, blogueurs et d'hommes politiques aux conditions carcérales en passant par des attaques contre des sièges d'ONGs de défense des droits humains, Amnesty International énumère des cas précis d'atteintes aux libertés et exige que les autorités ivoiriennes tiennent enfin leurs promesses.

François Patuel, Chercheur chargé de l'Afrique de l'Ouest pour Amnesty International s'est notamment plaint du sort fait à un activiste en ligne, Soro Tangboho alias Carton Noir, qui aurait "subi des actes de torture infligés par des agents de police et est détenu depuis près de trois mois à la Maison d'arrêt et de correction d'Abidjan pour trouble à l'ordre public". 

Amnesty déplore également la condamnation à un an de prison ferme de Alain Lobognon, un homme politique proche de l'ex-président de l'Assemblée nationale Guillaume Soro suite à un tweet. (Retrouvez ci-dessous le rapport de Amnesty International)

"Les autorités de Côte d'Ivoire sont hantées par leurs vieux démons", conclut François Patuel dans une interview accordée à la DW.

Cliquez sur l'image principale de l'article ci-dessus pour écouter l'interview !

La rédaction francophone de la DW a tenté d'avoir la réaction du ministre ivoirien de la Justice mais les démarches n'ont pas abouti. Mais le gouvernement ivoirien a récemment nié violer la liberté d'expression. "Les droits de l'homme et la liberté d'expression sont une réalité en Côte d'Ivoire", a déclaré à la presse le porte-parole du gouvernement Sidi Touré à l'issue du conseil du ministres.

La Côte d'Ivoire passera en examen devant le Haut conseil des droits de l'Homme de l'ONU en mai prochain. Il s'agit de l'examen périodique universel qui consiste à passer en revue trois fois par an les réalisations de l'ensemble des 193 États de l'ONU dans le domaine des droits humains.

Audios et vidéos sur le sujet

Téléchargements

Publicité
default

Votre avis nous intéresse !

Vous souhaitez réagir à l'actualité, donner votre avis sur le programme ou tout simplement dire bonjour ? Envoyez un courriel à francais@dw.com ou laissez un message sur notre page Facebook DW Francais.

Réagissez à l'actualité sur notre page Facebook !